20% de Poste en moins … à Gueux

Gueux, le 26 janvier 2017 :

En juillet 2014, j’annonçais que grâce aux actions conjuguées des usagers et au soutien de la municipalité de Gueux, la fermeture partielle de notre bureau de la Poste ne se ferait pas. Méfiant, j’ajoutais : Sursis ?

Effectivement, sursis ou presque parce que sans parler de fermeture partielle, un aménagement des horaires était imposé en janvier 2015. Adaptés aux exigences des service de la Poste (et les usagers alors ?), ces horaires permettent aux habitants de Gueux et de Muizon de disposer, comme auparavant, de 5 heures d’ouverture par jour, mais en alternance et demies-journées.

L’Union d’hier nous apprend qu’une nouvelle réduction de voilure va se faire en mai prochain : Notre secteur est bien touché. Gueux qui disposait de 28h00 ouvrables perd 5h30 de service à la population et Muizon 10h15 ! le calcul est simple : 20% en moins pour Gueux ! Je reviendrai d’ici le 2 mai sur les nouveaux horaires imposés.

Une fois de plus les usagers sont mis devant le fait accompli.

J’avais précédemment rapporté les propos du maire d’Ensuès-la-Redonne, dans les Bouches du Rhône, qui avait manifesté sa colère lors de la présentation de ses vœux et lancé une pétition ouverte à ses administrés … c’était en 2014 ! Il avait obtenu gain de cause, mais il a été obligé de récidiver en janvier 2016. Je ne connais pas la suite.

On peut quand même s’interroger : Gueux comme Muizon s’agrandissent, et on est en droit de penser, puisque Reims est un peu serré dans ses murs, que tôt ou tard les terres que la municipalité de Claude Bien souhaitait protéger à l’entrée du village soient urbanisées, si on ne réagit pas. Oui, je l’ai lu, et entendu, le droit de Veto des communes existe… pour l’instant ! On a cependant pris l’habitude de subir les changements de directions sans clignotants de notre premier magistrat au cours de ces dernières années !

Les habitants, surtout les nouveaux résidants jouent un rôle important. En se rendant à notre bureau de Poste, ils assurent la présence d’un service public utile sinon indispensable aux personnes qui, elles, ne peuvent pas se déplacer à Reims ou ailleurs.

Ce n’est donc probablement pas encore demain que nous aurons un distributeur de billets au village !