Adieu monsieur Fournier

Gueux, le 9 février 2017 :

Guy Fournier, avec des lunettes

Je garde le souvenir d’un homme dévoué, disponible et qui veut bien faire. Guy Fournier me l’avait à nouveau démontré en juillet 2001 quand il avait accepté d’assister le représentant du maire à l’occasion du mariage civil d’un de mes enfants. Effacé et discret il avait poliment refusé mon invitation à participer au vin d’honneur.

Né au milieu de la guerre, c’est à 14 ans qu’il s’est mis au boulot, d’abord dans une imprimerie avant de rejoindre la Caisse d’Epargne pour le restant de sa vie professionnelle. Il s’est marié, et installé à Gueux vers les années 80 dans la rue du Docteur Labbée. Lui et son épouse Brigitte n’auront pas beaucoup profité ensemble de la retraite, puisque madame Fournier était emportée par la maladie en 2004. Guy démissionnait de son poste de conseiller municipal l’année suivante pour partir vers d’autres horizons.

Plus de 10 ans après  le fossé n’a pas été comblé, comme en témoigne la véritable lettre d’amour qu’il a l’adressée à son épouse avant d’aller la rejoindre le 31 janvier dernier, à l’âge de 75 ans. Ils reposent tous les deux dans le caveau familial du cimetière de Gueux.  Les voici maintenant réunis pour l’éternité, selon ses propres mots prononcés par sa famille hier matin à l’église Notre Dame. 

Guy Fournier était donc Conseiller Municipal de Gueux, élu en mars 2001 sous la seconde mandature de Claude Bien. Cela ne justifie en aucun cas  le peu d’intérêt que lui a porté la municipalité actuelle, mais cette désaffection pour les anciens du village, qu’ils aient contribué ou pas à la vie de notre communauté, est désappointante. Des anciens voisins, des amis, et comme d’habitude le maire honoraire du village, Claude Bien, sont venus soutenir sa famille à qui j’adresse mes plus sincères condoléances.

A défaut d’un parterre de fleurs, Guy Fournier mériterait peut-être une simple marque de respect… ce n’est peut être pas trop en demander.