Adieu, monsieur le Professeur Etienne !

Gueux, le 13 mars 2017 :

Le professeur Jean Claude Etienne est décédé samedi dernier. Il aurait eu 76 ans en août prochain. C’est avec tristesse que j’ai appris sa disparition en regardant les infos. C’est avec un profond respect que j’ai écouté Catherine Vautrin parler de celui qui l’a précédée comme député de la seconde circonscription de la Marne. D’une vivacité intellectuelle rare, Jean Claude Etienne aimait les gens, c’était quelqu’un de vrai, dit-elle profondément émue devant la caméra de France 3.

Dans un article paru en octobre 2014, j’écris qu’il est Celui que tout le monde aimerait avoir comme pote (Ici). J’aurai eu la chance de le croiser à de nombreuses reprises, à Gueux où il aimait venir quand il était député, ou ailleurs. Je prenais toujours du plaisir à écouter ses talentueux discours qu’il semblait improviser.  C’était un vrai homme de terrain, ouvert, disponible, rassurant et capable d’aborder les sujets les plus graves en terminant toujours son propos par une note d’optimisme, sinon d’humour.

Partisan du vivre ensemble, quelque soit l’appartenance politique, il déclarait en 2011 dans l’Hebdo : C’est un peu comme dans un village, où le maire gère sa commune dans le souci de la communauté, sans souci des affrontements partisans… Ce qui m’intéresse, ce sont les bonnes idées, d’où qu’elles viennent, de gauche comme de droite. C’est mon origine gaulliste sociale qui me fait parler ainsi, et aussi mes expériences de président de région à majorité relative, de député, de sénateur et aujourd’hui de membre du Cese (Conseil économique, social et environnemental).

Le professeur Etienne croyait en la commune et en la démocratie. Avec neuf ans au Sénat, huit ans à l’Assemblée Nationale, et vingt quatre (je crois !) à la Région Champagne-Ardenne, dont six comme Président, il maîtrisait son sujet. Des idées, il en avait à la pelle, il lui faut maintenant des disciples, des solides ! Son exemple doit lui survivre, et vite.

Chevalier de la Légion d’Honneur en 2011 il déclarait encore : Les responsables à l’UMP me voient, je crois, comme quelqu’un d’un peu original, pas vraiment dans le moule, et ça me va. 

Là où vous êtes maintenant, cher Professeur Etienne ne changez rien !

Pastouch présente ses plus sincères condoléances à son épouse, à sa famille, ses proches et ses nombreux et fidèles amis qui sont dans la peine.