Le Circuit de Gueux, autrement #3

#3 – Des chemins et des hommes  (Retrouvez les autres articles ici ) 

Dans Petit essai sur la topologie de Gueux, qui paraîtra bien un jour sur pastouch.fr, j’émets quelques hypothèses sur la naissance du village grâce à la croisée des chemins :

“A un point d’eau, je m’arrête, à un croisement je rencontre ;  alors je raconte, j’échange et enfin je m’installe …”

HistoCircuitCheminsLe premier Circuit de Gueux a pour origine des chemins tracés par l’homme, à des époques très différentes et pour des raisons bien précises. Pour illustrer mes propos, j’ai épuré et un peu retravaillé une copie du cadastre Napoléon de 1836 avec ses chemins , berceau du circuit.

En bleu : Juan Emmanuel Fangio, talonné en juillet 1958 dans la dernière ligne droite de sa carrière par celui qui allait gagner l’épreuve du Grand Prix de France et qui refusait par respect, de prendre un tour à cet homme là (1), savait qu’il ne ramènerait plus de titre de Gueux. Dix ans plus tôt, Fangio entamait sa carrière européenne ici même, avec 4 abandons successifs avant d’accrocher la première de ses trois couronnes champenoises sur cette même ligne droite où était passé Henri II, quatre siècles auparavant. Le roi Henri II allait chercher lui aussi son sacre, mais à la cathédrale de Reims, après avoir fait un très bref passage à Gueux.

Cette fameuse ligne droite était à l’origine le tronçon d’un chemin reliant Reims à Gueux puis Rosnay ou Lhéry. Au bout de la ligne droite, une petite rampe (2) masquait une longue courbe (3) qui devait son nom à un Calvaire appelé Croix-Rouge et toujours visible à l’entrée du village.

Au coeur du village, il fallait prendre le fameux virage de Gueux, à l’équerre, où un mur extérieur présentait encore, il y a peu de temps, les stigmates de sorties un peu larges (Photo ci-contre, belle cicatrice sous “Henri”).ExtFamilo

En blanc : le chemin de Gueux à Compensé, lieu dit où se trouvait un ingénieux moulin à eau pour moudre le grain des paysans des environs. Ce chemin fut ensuite aménagé en route à la fin du XIXème siècle et au début du XXème pour faciliter l’accès à une toute nouvelle gare de chemin de fer construite sur ce chemin de Compensé, à 3 km de Gueux.

Ce segment du circuit commence par une légère montée puis plonge vers une cuvette (4). A la sortie de la cuvette, une rampe se raccordait à une portion horizontale avant le virage de la Garenne (5).

En rouge : la route de Paris à Reims, qui fut empruntée notamment par les troupes Napoléoniennes pour la reconquête de Reims du 13 mars 1814. Ce fut la dernière grande victoire de l’Empereur. Au Vème Siècle, Clovis l’aurait empruntée avec une partie de son escorte pour se rendre à Soissons.

Légèrement ascendante après la Garenne, la route plongeait sur quelques centaines de mètres (6) avant un nouveau palier qui menait à l’épingle de Thillois (7), encore appelée virage de la Bonne Rencontre, auberge rendue célèbre grâce au Circuit puis au talent de ses Chefs, et rebaptisée Auberge de la Garenne dans les années 60 …  d’où une légitime confusion avec le virage du même nom !

En bas à droite de l’image, la petite route qui permettra aux spectateurs de se rendre en bord de piste. Ce chemin permettait aussi de rejoindre Reims, par le Sud.

Enfin, en noir, et pour s’y retrouver un peu : le dernier tronçon du circuit tracé en 1952, au milieu des champs. Nous y reviendrons prochainement !

Embarquement immédiat : un tour de ce circuit historique en vidéo

A suivre : #4 – Premiers rassemblements

  1. Le vainqueur fut Mike Hawthorn
  2. Cette bosse sera abaissée pour des raisons de sécurité
  3. La courbe du Calvaire
  4. Cette cuvette sera rapidement comblée
  5. Espace peuplé d’une grande quantité de lapins
  6. La descente de la Garenne, théâtre de nombreux records de vitesse
  7. Epingle aménagée plusieurs fois par la suite pour faire de Gueux le circuit le plus rapide du monde

thillois_delaron_bugatti

– Edité le 21 mai 2013

Le Circuit de Gueux, autrement #2

#2 – Etat des lieux  (Retrouvez les autres articles ici )

Sept25Presqu’entièrement détruit lors des ultimes assauts allemands de la Seconde Bataille de la Marne (1) en Juillet 1918, le village avait fort à faire pour se redresser. Ses belles villas avaient disparu, mais il y restait dans le coeur de chaque habitant une farouche volonté de tout rebâtir et d’oublier bien vite les sinistres années passées. Il fallait aussi rendre hommage aux disparus pour la Patrie en dressant un monument aux morts, comme le firent des milliers d’autres communes en France. Ce devoir de mémoire eut lieu le 20 Septembre 1925. Le maire nouvellement élu, Charles Compagne et son prédécesseur Jules Couet (2) unirent leurs efforts pour d’accueillir toutes les personnalités et les nombreux invités.

Serait-en en empruntant la belle ligne droite entre l’auberge de la Bonne Rencontre (3) et Gueux que l’idée d’un possible circuit vit le jour dans la tête d’une sommité présente et proche de Toto Roche, sinon dans celle de Toto lui même ? Toujours est-il que 10 mois plus tard un certain monsieur Augé allait libérer les 45 concurrents engagés dans la course des voitures du deuxième Grand Prix de la Marne.

VirThillois26jpgLe circuit aurait donc la forme d’un triangle dont deux côtés avaient déjà été aménagés pour la circulation : la route nationale était parfaite. Il faudrait redessiner un virage en épingle à Thillois, sans toucher à la petite maison (4) placée à l’intérieur, pour permettre aux voitures de tourner plus facilement et de s’engager sur la ligne droite. Celle-ci était déjà goudronnée (5) jusqu’à Gueux.

VirThilgesAu café Thilges (6),  un étonnant virage à droite à 90 degrés raménerait les concurrents vers Muizon.
Le chemin entre Gueux et Muizon avait été récemment renforcé en pierres concassées et n’était pas entièrement recouvert de goudron. Il était de largeur inégale et d’un profil transversal très bombé. Il rejoignait la nationale par une petite côte puis un court segment horizontal avant un autre virage à droite à 90 degrés, dit virage de la Garenne. Là, il aurait bien fallu abattre rapidement un arbre placé à l’intérieur du virage et jugé dangereux. Ensuite tout irait bien jusqu’à l’épingle de Thillois.

Finalement le circuit développerait 7826 m.

lagarenne

L’accueil de visiteurs serait facilité par une petite route passant par les hauteurs derrière Thillois . Elle ferait grandement l’affaire sans engager de lourds travaux.

Les communes de Gueux, Muizon et Thillois étaient favorables au projet, et les partenaires de la première édition du 1er Grand Prix de la Marne seraient encore présents … Tous les ingrédients étaient rassemblés pour que l’évènement soit à la hauteur des ambitions des organisateurs.

Alors, on retrousse nos manches et on se met au boulot, Toto ?

A suivre : #3 – Des chemins et des hommes

  1. Gueux s’est vu décerner la Croix de Guerre pour citation à l’Ordre de l’armée le 30 mai 1921
  2. Jules Couet et Charles Compagne se sont relayés 4 fois de suite à la tête de la municipalité entre 1912 et 1940
  3. Aujourd’hui Auberge de la Garenne
  4. Cette petite maison a été démontée en 1938 avant d’être reconstruite dans le paddock derrière les stands. C’est incontestablement le plus vieux bâtiment du circuit, qui fut le théâtre d’évènements historiques précieux. Malheureusement elle a été détruite par une incompréhensible décision de la municipalité en mars 2012.
  5. Le goudronnage des routes est pratiqué pour se protéger de la poussière soulevée par les voitures. Ce n’est qu’un simple dépôt d’un produit noir et visqueux, le goudron de houille.
  6. Aujourd’hui cet immeuble abrite le Cabinet médical. Le virage prit successivement le nom de Virage de Gueux, puis du Familo

 

 

MaisonG2012-03

-Edité le 11 mai 2013

Le Circuit de Gueux, autrement #1

#1 – A l’origine (Retrouvez les autres articles ici )

A la fin du XIXème siècle, dans le monde entier, les constructeurs d’automobiles se comptaient sur les doigts d’une main. Ils étaient des centaines à la veille de la Première Guerre Mondiale. De nombreux raids se sont organisés, de ville à ville, puis, par mesure de sécurité les circuits où toute circulation est interdite pendant les épreuves ont été créés. Le premier circuit français ainsi tracé fut celui du Mans en 1906, de forme à peu près triangulaire et développant … 103 km !

Raymond Roche est né le 25 novembre 1892. Il a grandi en même temps que se développait l’automobile en France. Il a tenu son premier volant en 1910 et participe deux ans plus tard à son premier Rallye, sur une SCAR fabriquée à Witry les Reims.SCAR

Ce passionné observe avec la plus grande attention la création du circuit de Montlhéry en 1924, avec son ovale et son circuit routier de 12,5 km, sur lequel sera couru le Grand Prix de l’Automobile Club de France l’été suivant. L’ambitieux Raymond, Toto pour ses amis, décide alors de créer un circuit à Reims, déjà berceau de l’aviation mondiale depuis 1909. Il dessine un parcours de 22 km à l’est de Reims et prétend organiser le Premier Grand Prix de la Marne en Août 1925. Il reçoit le soutien de l’Automobile Club des Ardennes (ACA) dont il est le président, de l’Union Motocycliste de la Marne, de l’Eclaireur de l’Est, ancêtre du journal l’Union, et de la ville de Reims dont le maire Paul Marchandeau avait succédé à l’industriel Charles … Roche en 1925 !

Evidemment Toto y participe, sur Amilcar 1100 Sport, ainsi qu’un certain Pierre Bouchez sur Chenard et Walker 3L et dont nous reparlerons.

C’est un succès sportif, mais le parcours est jugé trop long et les spectateurs se lassent entre deux tours. Des tensions secouent l’ACA dont une partie des membres fonde l’ACC (Automobile Club de Champagne), tandis que l’autre crée l’ACACA, Automobile Club des Ardennes, Champagne, Argonne.

Cette dernière équipe trouve un parcours plus adapté, juste aux portes de Reims en direction de Paris, de forme triangulaire et d’un développé de 8 km environ. Ainsi est né le Circuit de Gueux qui accueillera le Second Grand Prix de la Marne le 25 Juillet 1926.

A suivre : #2 – Etat des lieux


1926-115-Thillois A verif

-Edité le 28 avril 2013

Videos coup de coeur

Petit tour du Circuit de Gueux

Archives

Catégories