CCCV, dernier Conseil Communautaire

Gueux, le 15 décembre 2016 :

2016_12_14cccv102Le dernier Conseil Communautaire présidé par Luc Bzdak, se déroulait hier soir dans la grande salle de réunion de la CCCV à Gueux.

Sur les 48 délégués, j’ai compté 41 présents ce qui pour une dernière réunion officielle est une belle performance, et un bel hommage rendu au président et à son équipe. Le maire de Gueux Vice président de la CCCV, était absent, de même qu’un autre délégué communautaire du village. Ils avaient sans doute de bonnes raisons. L’un avait donné son pouvoir, l’autre pas. Au fond, à quoi bon avoir tant voulu la place !

Il est vrai qu’à 2 semaines de l’absorption par l’officielle Communauté Urbaine allias le Grand Reims, on se doutait que cette réunion n’allait pas nous apprendre des choses extraordinaires, quoique !

Les deux sujets les plus épineux de ces dernières années ont été évoqués.

D’une part, la Sécurité, et en particulier le devenir de nos Centre de Première Intervention, dont trois (Gueux, Sacy et Sermiers) ont été déclassés d’une manière on ne peut plus arbitraire par le Lieutenant Colonel du SDIS. En résumé, et sans vouloir vous faire peur, si votre maison brûle les pompiers de ces villages n’auront pas le droit d’intervenir … C’est le règlement ! On se retrouve quelques temps en arrière avec le dur combat qu’ont dû mener, pour exister, nos Soldats du Feu contre quelques membres obstinés de l’équipe municipale. Je reviendrai sur ces abracadabrantesques décisions argumentées de façon ubuesque de l’Autorité du SDIS qui à terme nous coûteront beaucoup plus d’argent qu’on ne peut l’imaginer. Fort heureusement, il est prêté à la pressentie future patronne de la Communauté Urbaine la volonté de ne pas voir se désorganiser quelque chose qui fonctionne. 

Le deuxième volet concernait, on s’en serait douté, le groupe scolaire d’Ecueil. Source de bien des tourments, véritable grain de sable savamment entretenu par quelques antitouts dans les rouages parfaitement huilés de notre Communauté Urbaine. L’unique délibération de ce volet bancal sur ses gonds portait donc sur la maitrise d’oeuvre à confier à l’architecte retenu sur les 74 prétendants.

La délib’ est passée, à la majorité, mais avec des contres (8 dont 4 de Gueux, sur ses 6 voix possibles !) et des abstentions. Avec sa franchise habituelle le président Bzdak n’a pu s’empêcher de dire, et avec un large sourire : Ce vote est tout à fait le reflet de ce que je vis depuis un an !

Il a reçu toutefois de chaleureux applaudissements pour le travail accompli au cours de ses derniers mandats, remerciements qu’il a tenu à partager avec toute son équipe et en particulier le personnel de la CCCV.

– J’ai ouvré avec coeur et conviction, peut-être un peu trop parfois ! Avoua-t-il avant de proposer à l’assemblée de partager le verre de l’amitié, ancienne tradition abandonnée ces derniers mois, mais remise à jour pour ce dernier rassemblement du Conseil Communautaire.