Cent ans volés en un coup de vent

Gueux, le 20 octobre 2014 :

Tilleul01_2014Une chose est sûre, cet arbre là n’a pas fait partie des 60 000 individus plantés en 1792 dans chaque commune de France. Effectivement beaucoup d’entre eux, arbres civiques et symboles de la Liberté, furent des tilleuls. Du reste c’est cette essence-là qui fut officiellement choisie en France pour le bicentenaire de la Révolution en 1989.

Personnellement je lui donnais à peine 100 ans à ce gros pépère-là qui surveillait majestueusement l’entrée de la rue de la Hovette. Avait-il été planté à cet endroit pour célébrer la fin de la Grande Guerre ? Pourquoi pas, finalement.  Dans certains villages, autrefois, on venait danser autour du tilleul à l’occasion d’un mariage, ou du sacre du printemps. D’autres y rendaient la justice à l’ombre de ses branches, certains se contentaient simplement de venir y piquer un petit roupillon avant de retourner aux champs, bercés par le bourdonnement des abeilles.

Quelques unes de nos villageoises se souviennent-elles lui avoir dérober quelques branches pour en cueillir les odorantes fleurs et infuser de bonnes et apaisantes tisanes ?

Je me suis souvent surpris à suivre la lente chute des petites graines rondes suspendues à leur hélice et descendre lentement sur le sol, se laissant parfois même emporter un peu plus loin par une brise légère. Que dame nature est créative !

Mais Tilia le Goth de la Hovette n’est plus. Pourtant il aurait pu vivre encore très longtemps, très très longtemps même ! Le doyen des tilleuls en France aurait plus de 500 ans ! Dévasté en Août dernier par la tornade sans nom, le nôtre a été récemment abattu puis débité et finira probablement dans une cheminée. Quelque chose me dit que les enfants qui sauront lire dans les flammes retiendront de belles histoires.  Moi, je suis prêt à les écouter !

Tilleul2014