C’est Mardi Gras !

Gueux, le 28 février 2017 :

L’origine du Mardi Gras remonterait au temps des romains qui célébraient l’éveil de la nature aux Calendes de mars, c’est à dire le premier jour de mars. A cette occasion, les interdits étaient transgressés et on pouvait se déguiser. Pour les catholiques, le Mardi Gras se situe la veille du Mercredi des Cendres qui est le premier jour du Carême d’une durée de 40 jours (sans compter les dimanches) qui se termine le dimanche de Pâques (le 16 avril prochain) avec la résurrection du Christ. 

La durée du Carême rappelle essentiellement les 40 jours passés par le Christ dans le désert entre son baptême et le début de sa vie publique.  Seul, Jésus a mené un véritable combat spirituel duquel il est sorti vainqueur. Le temps de Carême est donc un temps privilégié pour retrouver l’élan de la vie spirituelle et retrouver un chemin de libération intérieure. Certains l’appellent le temps des 3 P : Prière, Pénitence, Partage.

Alors avant de manger maigre, pourquoi ne pas faire la fête, afin d’oublier les soucis de la vie de tous les jours ? C’est le sens du Carnaval, temps de réjouissance.  Carne vale signifie adieu à la chair. Donc bonjour le poisson ? Tout à un sens, quand on y regarde d’un peu plus près !

Alors, doit-on faire des gaufres, des crêpes, des beignets aujourd’hui ?

Peu importe … on mange, et on se réjouit. Jadis on vidait le garde-manger, en particulier les oeufs. Ils peuvent se garder 20 jours, d’où peut-être l’instauration au moyen-âge en France de la Mi-Carême, pour une nouvelle consommation des oeufs récoltés pendant la première période d’austérité. Pour les gourmands, notez sur vos agendas que la Mi-Carême 2017 sera le jeudi 23 mars ! Voilà une pause réjouissante avant d’aborder la seconde mi-temps du Carême jusqu’à Pâques et les fameux oeufs qui… poussent dans les jardins au milieu des poules et des lapins en chocolat !

Le tableau ci-dessous, Le Combat de Carnaval et Carême, est une huile de Pieter Brueghel l’Ancien, de 1559. Il représente le contraste entre le Carnaval (Mardi Gras) et le Carême (Mercredi des Cendres). A gauche se trouve le plaisir avec une auberge, et à droite l’observance religieuse avec une église. C’est aussi, à cette époque mouvementée, une façon pacifiste de représenter l’opposition entre les protestants et les catholiques. Un bel exemple du vivre ensemble !

Je vous laisse découvrir et apprécier les différentes scènes d’hier qui finalement près de 5 siècles après ne sont pas si éloignées de la réalité d’aujourd’hui !

Le Combat de Carnaval et Carême – Brueghel l’Ancien -1559