Coup de coeur : Adieu l’Abbé Pierre

Gueux, le 7 novembre 2016 :

peredutreve

Merfy, septembre 1987

Le Père Pierre Dutrève s’est endormi dans la Paix et l’Espérance le 2 Novembre 2016 à l’hôpital de Reims. Il était dans sa 86ème année d’âge et sa 61ème année de sacerdoce.

Je me souviens bien de cet abbé à l’allure élancée et au pas assuré qui gravissait en soutane les pentes de Saint Sorlin d’Arves, en Savoie, où il dirigeait la colonie de vacances Charles de Foucault.  Nous évoquions parfois ces enrichissants instants de mon enfance en partageant un verre de Porto dans son appartement de la maison paroissiale de Gueux. C’est ici qu’il avait pris résidence depuis sa mise à la retraite le 1er septembre 2006. C’est donc ainsi que nous nous sommes retrouvés 35 ans après notre première rencontre. Nous nous remémorions parfois ces bons moments, les messes en alpage ou dans l’église du village, les baignades dans les torrents, les veillées, les jeux, les danses folkloriques, les chambrées, les longues randonnées jusqu’au pied des majestueuses et énigmatiques Aiguilles d’Arves… !

En mai 2015 l’abbé est entré, contraint et forcé, à la maison de retraite des prêtres, la résidence Nicolas Roland à Reims. Son âge et surtout sa mobilité de plus en plus réduite ne lui permettaient plus de rester seul et de gravir l’escalier qui menait à son appartement. Il en allait de sa sécurité.

aiguilles-arves2

Les aiguilles d’Arves

Bien qu’étant en retraite, il avait célébré de nombreux offices et présidé de nombreuses cérémonies dans les églises de nos paroisses EVA et Mont saint Lié . Il savait se rendre disponible.

Abbé jovial mais au caractère bien trempé, parfois caustique, le Père Dutrève aimait sourire et partager de bons moments. Ordonné à Reims le 29 juin 1956, il fut nommé à Charleville en 1961 où il est resté 26 années. Il parlait avec nostalgie de ses belles années passées à Merfy où il était arrivé en 1987. C’est là que fut célébré son Jubilé Sacerdotal en Juillet 2006, quelques semaines avant sa prise de retraite à Gueux. Homme de tradition, il semblait apprécier les choses solides et authentiques, tout en étant particulièrement moderne et ouvert sur le monde.

Responsable des communications sociales dans les Ardennes, il était devenu directeur du journal des paroisses de Reims, et je crois, un des grands artisans locaux de la radio RCF.

Ses obsèques ont eu lieu le samedi 5 novembre, en l’église saint Maurice de Reims. Puis sa famille et ses  amis l’ont accompagné au cimetière de l’Ouest.

Je m’étais promis d’aller lui rendre visite à Reims, un jour… avec une bouteille de Porto sous le manteau…  Oui, je me l’étais promis ! J’aurais également souhaité assister à sa messe d’adieu, et je n’ai pas pu, ou pas su me rendre disponible ce matin là. Les priorités sont parfois bien difficile à cibler. Ai-je fait le bon choix ?

Alors il me reste le temps des prières, mon cher Abbé Pierre, et ce très modeste hommage en souvenir de nos rares mais délicieuses rencontres. Elles furent toujours courtoises, quand après la compta paroissiale j’allais vous rendre une courte visite à l’étage, ou quand vous même veniez me rejoindre pour tailler une petite bavette. Vous m’avez toujours étonné, je l’avoue, par l’insistance de votre regard dans lequel je n’ai jamais su s’il fallait trouver de l’humour, de la rigueur ou les deux à la fois. En tout cas, je m’en accommodais fort bien.

Reposez-vous en paix sur l’herbe fraîche des très hauts alpages, monsieur l’Abbé Dutrève.

“Je suis la Résurrection et la vie.
Celui qui croit en moi vivra éternellement.”