Coup de coeur : sur le chemin de Jeanne

Gueux, le 4 mai 2015 :

maison-de-jeanne-d-arc-domremy-utrillo-1925-30Mon ami Serge est un lorrain, un vrai. Voilà plusieurs années que lui trottait dans la tête l’idée de rejoindre Domy Remigius, Domremy, petit village Vosgien où naquit Jeanne d’Arc*. Domremy fêtant, chaque deuxième dimanche de mai, la Fête Nationale de Jeanne d’Arc, … Serge a voulu profité de cet évènement et est parti de Reims hier dimanche … à pied.

Voilà un parcours original, qui s’il ne fait pas partie des traditionnelles voies de pèlerinage, permet amplement à Serge de mériter le titre de Pèlerin. A Pèlerin, chacun son Chemin !

Serge arrivera donc pour la messe de 10h30, le dimanche 10 mai. Domremy est aussi sur l’itinéraire des chemins de St Jacques de Compostelle. Les pèlerins peuvent faire une halte au village et s’y reposer.  Tout près, au nord de Domremy, le village voisin s’appelle … Greux !

On ne dit pas bon courage, à un pèlerin, parce que du courage il en a à plein à offrir aux gens qu’il rencontre : on lui souhaite bon chemin, tout simplement.

Bon chemin, Serge !

*Jeanne d’Arc naquit à Domremy en janvier 1412 dans une famille de paysans aisés, composée de ses parents : Jacques d’Arc et Isabelle Romée, de ses frères : Jacques, Jean et Pierre, et de sa sœur Catherine. Enfant pieuse, bouleversée par les malheurs des guerres qui sévissaient dans son pays, elle affirma entendre, dès l’âge de treize ans, des voix lui commandant de libérer la France des envahisseurs étrangers et de placer sur le trône de France le Dauphin Charles. Ces voix, précisait-elle, étaient celles de Saint Michel, de Sainte Catherine et de Sainte Marguerite. 

A 17 ans, Jeanne se rendit à Vaucouleurs pour tenter de rallier à sa cause le Capitaine de Baudricourt. Celui-ci accepta de lui fournir une escorte d’hommes d’armes et le 23 février 1429 Jeanne quitta Vaucouleurs pour Chinon où elle parvint à convaincre le Dauphin Charles de se lancer dans ce qu’elle considérait comme une juste et sainte guerre de libération. Délivrant au passage les villes traversées, comme Orléans le 8 mai 1429, Jeanne conduisit le Dauphin et ses troupes de Chinon à Reims. Charles VII y sera sacré roi le 17 juillet 1429, dans la cathédrale.

Après avoir tenté, en vain, de libérer Paris, Jeanne fut capturée par les Bourguignons le 23 mai 1430, puis vendue par ceux-ci aux Anglais. Accusée d’hérésie, elle comparut à Rouen, devant un tribunal ecclésiastique de 40 membres présidé par Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, le 21 février 1431. Le long procès fut marqué par l’abjuration de Jeanne, suivie de sa rétractation. Jugée hérétique, relapse, sorcière, elle fut condamnée à être brûlée vive. La sentence fut exécutée le 30 mai 1431, sur la Place du Vieux Marché de Rouen.

En 1456 eut lieu le procès en réhabilitation de Jeanne d’Arc. Béatifiée en 1909, Jeanne sera canonisée le 16 mai 1920 par le Pape Benoît XV