Dame Catherine rassurante aux voeux… de Gueux

Gueux, le 19 janvier 2017 :

Il y avait du monde, vendredi dernier, à la cérémonie des voeux de la municipalité de Gueux. Et pour cause, contrairement à l’an passé, de jolis cartons d’invitation avaient été envoyés en grand nombre. Le journal régional avait même été sollicité ! Ne soyons pas étonnés, monsieur le Maire aurait sans doute adoré annoncer à un large public qu’il venait d’intégrer le Bureau de la nouvelle Communauté Urbaine du Grand Reims ! 

Fidèle, le Big Band d’Intermezzo brillamment dirigé par Jean Noël Bauffe, a chauffé la salle. Cet agréable moment musical a fait patienter l’assemblée avant le début de la cérémonie. Catherine Vautrin, nouvelle Présidente du Grand Reims était retardée à Rilly-la-Montagne, mais ayant tenu à être présente à Gueux, elle a pu rejoindre l’assemblée un peu plus tard.

J’espère que celles et ceux qui attendaient beaucoup du discours du Maire auront retenu autre chose que les jérémiades et de nouvelles attaques vis à vis des communes rurales. Celles-ci, dont Gueux fait partie, s’étaient progressivement et solidement unies depuis 43 années (voir Ici) pour devenir, selon les propos de madame la Députée Catherine Vautrin en janvier 2013, la référence en matière d’inter-communalité au niveau régional. 

Feue la CCCV a permis à notre village de grandir, de s’affirmer et d’être ce qu’il est aujourd’hui. Même si sa contribution a été forte, chaque habitant peut en être fier. Gueux n’avait jamais fait de l’individualisme sa priorité, et n’attendait pas de retour sur investissement autre qu’un bien vivre à partager avec les villages alentour. Evidemment, monsieur le Maire qui semble n’avoir toujours rien compris à la philosophie de l’inter-communalité qu’il n’a découvert qu’en 2008, s’attendait à être élu au bureau du Grand Reims uniquement parce qu’il est maire d’une commune de 1800 habitants. Eh bien non, cela ne suffit pas !

Comme le rappellera un peu plus tard la nouvelle Présidente du Grand Reims : Quand la loi est votée, nous sommes des démocrates et nous appliquons les textes ou alors il n’y a plus de république. Cela n’exclut pas de défendre son point de vue, bien évidemment.

La spectaculaire annonce de l’édile de Gueux pour les voeux de 2017 fut une possible réduction d’impôts pour les années à venir, un scoop dont seul il a le secret. Dorénavant habitué à l’exercice, je ne me lasse plus de telles déclarations publiques avant qu’en soient informés les Conseillers Municipaux. Je ne suis pas le seul, des échanges de sourires en témoignent, c’est rassembleur et finalement, c’est tant mieux !

Les habitants auraient certainement préféré obtenir quelques explications sur le Grand Reims. Ils ont dû se contenter de généralités, sympathiques, certes comme l’arrivée d’une nouvelle secrétaire de Mairie, actuellement rédactrice à Ormes, à qui je souhaite la bienvenue et une parfaite réussite dans sa mission.  On aurait pu entendre quelques mots sur le futur déménagement du cabinet médical, sur l’avenir des écoles, les personnels, le collège, les commerces, la future organisation des services de secours et d’incendie, bref de la vie du village ! 

Gueux a besoin d’ambition, de projets structurants et d’avenir et doit faire fi des tours de passe-passe semés ici et là pour justifier je ne sais quoi. Oui, il faut tenter de masquer que le Lotissement Vert n’est toujours pas terminé, que l’implantation de la supérette annoncée publiquement est abandonnée, que le futur complexe sportif attendu depuis si longtemps et dont on ne connaît pas grand chose n’est toujours pas sorti de terre, et que les promesses électorales ne sont pas tenues.

Moins d’impôts à Gueux ? Tant mieux si grâce à la nouvelle Communauté Urbaine de Reims notre village réalise des bénéfices (ou dépense moins). Mais ne devrait-on pas d’abord en profiter pour en remettre un peu de côté, et reconstituer en partie le confortable matelas qu’avait laissé l’équipe de Claude Bien pour des réalisations futures ?

Les finances sont saines ? C’est heureux, puisque 63 % des parcelles du Lotissement Vert sont vendues ou font l’objet de promesses de vente. Etre aujourd’hui dans le rouge serait totalement injustifiable ! 

Catherine Vautrin a finalement pris la parole pour nous faire un bref mais très pédagogique exposé sur les tenants et les aboutissants du Grand Reims. Elle rappelle ainsi ce que nous n’avons jamais entendu ni lu à Gueux (sauf Ici et Ici)Quatorze mois de travail avec les 144 communes pour mettre en place le projet avec 3 engagements qui sont extrêmement importants vis à vis de l’ensemble des communes et vis à vis de nos concitoyens (sic)

  • Premier engagement, la neutralité fiscale. Cette notion ne doit pas générer d’augmentation d’impôts. (Sauf pour les entreprises …)
  • Le deuxième élément, c’est celui qui concerne le personnel. Les personnels des communautés de communes (écoles intercommunales, employés municipaux…) seront sous le même statut du personnel de la Communauté Urbaine.
  • Troisième point, la place de la commune. La Communauté Urbaine n’a pas la possibilité d’imposer un projet à une commune contre l’avis de cette commune. C’est le droit de Veto du Conseil Municipal et du Maire.

Peut-on être totalement rassuré ?  Nous voici en tout cas officiellement informés. On peut regretter que ce mariage ne se soit pas fait avec plus de concertation locale. Je veux dire par là que les conseillers de Gueux (en tout cas ceux de la minorité) n’ont pas eu toutes les cartes en main pour comprendre le phénomène Grand Reims. L’impression de subir sans pouvoir agir est désolante, même si personnellement je garde ma confiance en notre Députée et soutiendrai son combat.

Avant de conclure en souhaitant une bonne année à tous, et particulièrement à la France, Catherine Vautrin a pris l’engagement suivant :

Je continuerai à travailler à Gueux, qui est une commune que je prétends connaître parfaitement, et qui a énormément de ressource et un potentiel sur lequel il n’y a pas toujours l’unanimité d’ailleurs. Mais nous avons eu ici une discussion et on a l’habitude de se parler.

Moi, élu de la minorité du Conseil Municipal de Gueux, je ne suis évidemment pas informé de ce qui se dit dans ces têtes à têtes, mais cette simple phrase m’a laissé entrevoir, avec soulagement, qu’après les priorités nationales et le rassemblement républicain qui s’imposent au printemps 2017, notre village pourrait être remis sur de bons rails par des mains expertes et salvatrices. Espérons que nous, élus ruraux minoritaires du Bourg Centre de Gueux, puissions enfin être autorisés à dire quelque chose !