Déchu mais pas déçu

Gueux, le 12 septembre 2015 :

DSCF1250

Monsieur le maire s’étant clairement exprimé le 8 septembre dernier lors de la réunion du Conseil Municipal sur le fait que le seul et vrai référent pour les associations était son 5ème adjoint, le public présent a vite compris que mon rôle auprès des associations sportives était caduque. Je suis donc déchu, ainsi en a décidé la toute puissance locale, parce je ne partage pas son avis, ni ne fais semblant … C’est pour moi une question de franchise, d’honneur et de loyauté !

Il m’est par exemple difficile d’accepter que les associations sportives majeures de Gueux soient absentes de la dernière publication des Gauseries, éditée sans concertation. De l’aveu même de l’adjointe chargée de la communication (et du reste), il y a des erreurs dans cette revue. J’y reviendrai, mais dites donc, y a-t-il eu à Gueux quelque chose de bien fait du premier coup depuis ces dernières années ?

Il ne m’est assurément pas pardonné d’avoir remis les médailles et trophées à la fin du tournoi de foot de ce week-end. J’ai essuyé des reproches, non fondés. Si l’occasion se représente, je recommencerai, sans état d’âme cette fois et avec la même volonté de satisfaire les enfants.

Déçu je ne le suis plus, ayant compris depuis quelques mois qu’il me fallait apprendre à nager dans le marigot qui est réservé à la minorité du village, en veillant bien à ne pas se faire tailler en pièces. Cela en devient même stimulant !

Du coup, et je m’en excuse, je n’ai plus envie de parler des résultats du dernier WE footballistique local. Je plains cependant de tout mon coeur les joueurs qui doivent évoluer sur un champ de pommes de terre qui vient tout juste d’être réengazonné … une semaine après la reprise des entrainements ! Ne riez pas, c’est dramatique ! Les municipaux ne peuvent même pas prendre le temps d’enlever les filets, d’araser les bosses et de griffer le sol… il faut faire vite. Pour la citer en exemple, la municipalité de Muizon a pris l’habitude de remettre ses terrains de foot en état au cours de l’été. Motif : cela lui coûte moins cher d’arroser régulièrement un terrain plutôt que d’avoir à le refaire. Cherchez l’erreur !

A Gueux, c’est bien connu, on sait mieux faire … mais il faut s’y reprendre à plusieurs fois !

Que les amis sportifs se rassurent, ils trouveront toujours auprès de moi quelqu’un pour les soutenir de quelque manière que ce soit !