Des poubelles comme s’il en pleuvait !

Gueux, le 30 mars 2017 :

En septembre dernier le maire de Gueux annonçait publiquement qu’il était ouvert pour les poubelles (Voir Ici). Lapsus ou révélation ? Se poser la question de savoir s’il est fermé pour tout le reste me semble inutile ! Néanmoins je m’attendais naïvement, comme je l’écris dans l’article en question, à une forme d’assouplissement, voire de dialogue, de concertation … même pour de banales poubelles. Il y a forcément un bon début à tout !

Eh bien il n’en est rien, puisque de nouveaux équipements viennent de remplacer les anciennes poubelles pas si vieilles que cela en fait, sans aucune discussion.  Combien d’objets et pour combien ? J’en sais rien, mais  en tout cas je ne peux que me réjouir de leur esthétique. Cela fera également plaisir à la Conseillère qui avait soulevé le délicat problème : Chère amie, les nouvelles poubelles de Gueux, font incontestablement plus résidentiel que les précédentes ! 

Je ne peux m’empêcher de revenir à nouveau sur le postulat d’E.M. Schmitt dans son roman, Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran :

  • Lorsque tu veux savoir si tu es dans un endroit riche ou pauvre, tu regardes les poubelles.
  • Si tu vois ni ordures ni poubelles, c’est très riche.
  • Si tu vois des poubelles et pas d’ordures, c’est riche.
  • Si tu vois des ordures à côté des poubelles, c’est ni riche ni pauvre : c’est touristique.
  • Si tu vois les ordures sans les poubelles, c’est pauvre.
  • Et si les gens habitent dans les ordures, c’est très très pauvre.

Je me dis que pour avoir décidé aussi rapidement de remplacer autant de poubelles qui ont tout juste une demie-douzaine d’années d’existence, il faut bien que Gueux soit enfin redevenu très très riche, n’en déplaise à ce m’sieur Schmitt. 

Pourquoi ne pas avoir fait le choix de cet équipement lors de la première installation ? Parce faire et défaire c’est toujours travailler … mais c’est pas gros avancer … même si c’est beaucoup dépenser ! Mais quand on a les moyens…

Les vieilles poubelles ? Elles seront peut-être revendues aux… pauvres !