Faute avouée …

Gueux, le 8 juillet 2016 :

2016_07_07Gueux201Un vieil adage dit : Faute avouée est à moitié pardonnée.

Le meilleur moyen de se faire pardonner est d’avouer sa faute. Une faute cachée se double d’un mensonge alors qu’un aveu est un témoignage d’honnêteté, ai-je lu quelque part.

Nous pourrions engager une longue conversation philosophique sur le sujet. Le pardon peut-il être une demi-mesure ? Ou plutôt, l’adage ne mélange-t-il pas deux dimensions qu’il ne faut surtout pas confondre : le pardon et la justice, l’avenir commun retrouvé et la nécessaire réparation d’une injustice ? Un bon sujet de … bac philo !

Restons-en au plus terre à terre et constatons par dépit que la société se voit contrainte aujourd’hui de gérer ce malheureux écart de conduite qui a été commis dans la nuit de mercredi à jeudi en mettant des tags à la peinture dorée sur des biens publics et privés. Il ne peut pas y avoir remise en cause du règlement, ne serait-ce que pour la sauvegarde de notre vie commune.

C’est donc dans l’intérêt de tous que les fautifs iront eux mêmes se dénoncer à la Gendarmerie, qui est déjà sur la piste de présumés coupables, et qui a cependant matière à s’occuper autrement !

Libérez-votre conscience, faites le 17, ou allez spontanément voir les hommes bleus, les amis ! Ce sera tellement mieux pour eux, pour vous et pour tous !

2016_07_07Gueux202