Gaudeamus igitur *

Gueux, le 16 mars 2015 :

2015_03_15Ichtus101* Réjouissons-nous, disait l’abbé dans son homélie du 4ème dimanche de Carême.

Gaudeamus igitur* est également l’hymne international des étudiants, encore au programme dans bien des universités dans le monde, sauf en France, où le latin, jadis seul moyen de communication sur tous les continents, est en voie de disparition pour la noble cause de la laïcité. On préfère sans doute chanter à tue-tête dans nos campus le De profundis, morpionibus, plus en adéquation avec les attente d’une jeunesse dorée et insouciante, qu’un chant fédérateur et réaliste dont les origine se perdent dans la nuit des temps.

Dimanche matin, je suis parti avec mes grosses tatanes et mon sac à dos lesté pour un sérieux entrainement qui m’a conduit après un long détour sur la Via Barbaria à la chapelle St Lié de Villedo. Là, le hasard, s’il existe vraiment, m’a fait retrouver notre abbé Rodrigues et une équipe de jeunes Guides de France en plein cérémonial de Promesse au pied du calvaire de la chapelle. Instant solennel et émouvant. La joie rayonnante de ces jeunes me fit oublier un instant le vent glacial qui frappait ce magnifique point de vue sur la plaine de Reims.

2015_03_15Ichtus102Reparti par le chemin des crêtes qui m’a ramené à la tour de Vrigny, je revivais avec optimisme l’instant particulier que m’avait fait partager cette encourageante jeunesse, jusqu’au moment où je découvris, en arrivant au pied de la tour, une carcasse de voiture pillée et calcinée. Elle était à deux pas de la borne Vauthier érigée à la mémoire de la Seconde Bataille de la Marne de 1918, que j’avais fait découvrir à un de mes petits enfants quelques semaines auparavant.

Violent contraste. En un instant la joie fit place une amère tristesse, à du dépit … à du dégoût même !

Je me suis demandé si je devais faire part de mes état d’âme dominicaux, afin de ne pas choquer ceux qui pensent qu’il vaut mieux ne rien dire, ne rien faire et surtout ne rien rapporter pour éviter toute psychose, comme cela m’a été demandé. Alors certes, pour ne pas choquer les âmes sensibles, je ne relaye plus les précieuses infos de la Gendarmerie sur ce blog … et comme beaucoup je peux les lire dans le journal quelques jours après.

autruche_coueOn se souvient cependant que notre village avait peut glorieusement fait le 20h00 de France 2 en 2012 … mais de ce triste bilan il vaut mieux ne pas parler !  Méthode Coué ou méthode de l’autruche … ou les deux ?

Alors réjouissons nous, autrement !

*Gaudeamus, igitur, juvenes dum sumus (Réjouissons-nous, tant que nous sommes jeunes)

Post jucundam juventutem (Après une jeunesse agréable)

Post molestam senectutem (Après une vieillesse pénible)

Nos habebit humus. (La terre nous aura)

… Ce n’est que le premier couplet !