J’ai croisé … Jean-Noël Sommé

Gueux, le 22 août 2016 :

StatSomméJe le croise fréquemment, ce Jean-Noël. Je l’appelle Jean-Noël sans trop vraiment être sûr son prénom, JN Sommé, curé de Gueux au XIXème siècle.  Jean-Noël, c’est aussi un joli prénom pour un prêtre, non ?

En fait je le rencontre en parcourant les pages de la Statistique Historique & Religieuse de la paroisse de Gueux, qu’il a rédigée à la plume vers 1845. Né en 1795 à Rocroy (Tiens, déjà un curé d’origine ardennaise chez les Goths !), il a été installé à Gueux en 1844 après avoir quitté sa succursale ardennaise de Bayonville, située à une bonne heure de marche de Buzancy et sa célèbre légende (ou pas ) de la mosquée*, appelée le Mahomet.

MosquéeBuzancyDémoli en 1927, ce bâtiment était devenu une école communale sous Jules Ferry. Il n’en reste aujourd’hui aucune trace, sinon le nom d’une rue du village. Le créateur du mausolée du Général Alfred Chanzy, ancien gouverneur général d’Algérie inhumé à Buzancy, s’en est aussi peut-être inspiré.

MausoléeChanzyNotre cher Abbé a donc quitté ses Ardennes natales pour s’installer à Gueux jusqu’en 1851 avant de partir sur Charleville puis à Gruyères … un trou** dans les crêtes pré-ardennaises (Canton de Signy l’Abbaye) où on le trouve encore en 1859. Ensuite, je perds  sa trace, … pour le moment !

C’est à lui que nous devons la restitution au 1/10ème de l’église romane de Gueux (XIIème siècle).  Il avait pris le soin d’en donner par écrit les moindres détails et surtout de faire un relevé précis de son dimensionnel. Ces précieuses indications m’ont permis d’en esquisser les plans tout en m’inspirant de gravures d’époque.

C’est également l’Abbé Sommé qui précise que notre Saint-Patron, qui sera honoré ce dimanche à la messe, est Saint-Timothée, un des plus illustres martyrs de l’Eglise de Reims. Il est traditionnellement fêté avec son glorieux compagnon Saint-Appolinaire le 23ème jour d’Août. Jadis, tous les dimanches de l’année, on chantait par trois fois Sancti Timothée et Apollinaris, Orate pro nobis ! Mais ça, c’était avant !

EgV2cJe me suis promis de retranscrire et d’éditer un jour ce document dont je n’ai qu’une pâle copie. Il est rempli d’anecdotes locales que j’aimerais aussi transmettre aux générations futures.

Dans l’extrait qui suit, je ne peux m’empêcher de voir un formidable encouragement à ne point céder au schisme dans sa définition laïque qui est apparu dans notre village depuis sa révolution de 2008, pour des raisons d’intérêt, de prestige ou simplement de personnes.

Dans les mauvais jours de la révolution française, une portion notable des habitants adhéra au schisme amené par la constitution civile du Clergé ; mais l’Eglise y compta toujours un certain nombre de fidèles  enfants, et tandis que la majorité se rendait au temple où le curé schismatique officiait, ce petit groupe qui conservait le précieux dépôt de la Foi … allait, pendant la nuit, assister à la Messe que célébrait quelques pieux confesseurs de la Foi dans l’intérieur de quelque maison particulière, et recevait là l’instruction religieuse et les sacrements.

J’ai presque envie de terminer ce propos par : Mais ça, c’est une autre histoire !

.*Lors de la 3 ème croisade, au XII e siècle , le  seigneur de Buzancy  Jehan Ogier d’Anglure est capturé par Saladin , il aurait obtenu sa libération en ayant promis de  construire une mosquée à Buzancy.

.**Il n’y a pas de trou dans le (vrai) gruyère !