La mi-Carême … à Gueux

Gueux, le 2 avril 2014 :

Carnaval 2014-103Si c’est avec près d’une semaine de retard que je rédige cet article, c’est que j’avais complètement oublié que la mi-Carême à Gueux était également marquée par un défilé haut en couleurs avec les enfants des écoles maternelles et élémentaires.

Les parents eux, ne l’ont pas oublié, qui m’ont adressé quelques photos et informations. Alors pardon pour ce retard, et parlons donc un peu de la mi-Carême … à Gueux.

Comme son nom l’indique, la mi-Carême se célèbre au milieu d’une période de quarante jours de privations qui mène au dimanche de Pâques, le Carême. Elle se fête officiellement le «jeudi de la troisième semaine entière des quarante jours de pénitence ».

La mi-Carême est aussi une fête carnavalesque traditionnelle qui remonte au Moyen-âge. On éprouve le besoin d’inaugurer par des plaisirs bruyants une longue période d’abstinence. Alors celle du Carême, très longue, a été agrémentée d’une halte à mi-parcours : la mi-Carême.

Carnaval 2014-104A Gueux, le thème de cette année était “Ce qui fait peur” pour les petits de la maternelle. Les grands, eux, avaient le choix de leur tenue, avec concours du meilleur déguisement à la clé … c’est du sérieux, le carnaval !

Carnaval 2014-102Tout le petit monde, déguisé, grimé, s’est réuni en début d’après-midi, accompagné par les enseignants et les ATSEM en tenue de circonstance et quelques parents qui ont joué le jeu.  Sonorisé par le Comité des Fêtes et sécurisé par la Gendarmerie, le long défilé coloré et bruyant s’est mis en route dans les rues du village, marquant son passage par de sympathiques lancers de confettis . C’est toujours un intense instant de bonheur, de convivialité … un véritable hommage au rassemblement.

Puis ce fut l’heure du goûter* partagé par tous dans la cour de récré. Les enfants en ont profité pour brûler leurs dernières calories pendant que les parents conversaient …

Vivement l’année prochaine … et prévenez-moi, cette fois, miam !

*Et pourquoi les crêpes, et autres traditions culinaires ? C’est parait-il la logique du bon sens économique ! Pendant le temps de jeûne, même les œufs étaient interdits. Ceux-ci ne se conservant guère plus de vingt jours, ce fut pour ne pas perdre cette denrée précieuse qu’on l’utilisait donc sous toutes les formes possibles au bout de … 20 jours. De la même manière, c’est pour vider les réserves qu’on fait des crêpes pour le mardi gras. Après la mi-Carême, on attend à nouveau vingt jours pour sortir, décorés de joie pascale, les œufs gardés en réserve. Sympa comme prétexte !

Carnaval 2014-101