L’ Academie Française peut recruter, à Gueux

Gueux, le 15 juin 2014 :

2014CJPCR101Les fidèles de l’an passé (voir ici) étaient encore là cet après midi pour assister à la représentation du Cercle des Jeunes Poètes et Comédiens Rémois, offerte cette année dans la Maison des Sports.

Il a fallu beaucoup de temps et d’efforts pour donner à cette salle l’allure temporaire d’un théâtre, mais nous le savons, la salle de l’avenue de la gare étant à priori vendue et le complexe multi-activités avec scène et régie prévu et autofinancé il y a 10 ans n’étant plus d’actualité, il a bien fallu faire avec les moyens du bord.Des idées d’aménagement de la Maison des Sports existent, originales et ambitieuses certainement, et méritent sans doute d’être écoutées et étudiées pour le bien de tous.

Ce sont donc 17 jeunes gens … et jeunes filles de 6 à 15 ans qui se sont produits sur scène, faisant revisiter à un public attentif une bonne partie de notre répertoire culturel, de La Fontaine à Feydeau, en passant par De Banville, Hugo, Appolinaire, Desbordes-Valmores, Ronsard, Lamartine, Daudet, Marivaux, Racine, Corneille, Molière, De Musset, Courteline … rien que cela !

2014CJPCR102Fidèle entre les fidèles, Roland Choiselle, mon ancien prof’ d’IUT’ que j’ai toujours un immense et respectueux plaisir à croiser, a commenté ce fabuleux spectacle par un propos dont il est seul à avoir le talent, citant deux aphorismes, l’un du régional Edouard Herriot «La culture est ce qui reste quand on a tout oublié», et l’autre de La Bruyère, aussi repris par La Fontaine, «L’habit ne fait pas le moine».

Traduisant ses propos, le professeur Choiselle s’est adressé aux jeunes à l’écoute attentive pour leur dire combien était leur chance de pouvoir travailler avec Camille Roblin, parce qu’au delà des beaux textes un jour oubliés il restera la connaissance et le respect de notre culture. Puis, en faisant l’éloge de leur comportement «à l’intérieur» de leurs magnifiques tenues de scène, il a affirmé qu’à Gueux, il avait bien le sentiment que l’habit faisait bien le moine.

Regrettant enfin que la France soit classée 24ème sur 27 pour l’état des connaissance des enfants scolarisés, Roland Choiselle a lancé un appel solennel aux autres “Camille et Roger” de notre pays pour venir réhausser ce bilan. Il adresse ensuite ses félicitations et ses remerciements aux parents des élèves du CJPCR qui eux aussi s’investissent et encouragent leurs enfants à s’engager dans ces saines occupations.

Michel Caquot, Conseiller Général, termine en félicitant tout le groupe du CJPCR pour son implication, la passion des belles lettres qu’il communique, et le magistral travail accompli par Camille Roblin et Roger Marçais. “La meilleure façon de vieillir est d’entretenir sa mémoire et son savoir faire”, conclut-t-il en connaisseur.