Bon sens vraiment limité … à Gueux !

Gueux, le 7 octobre 2016 :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Désapprouvée en août 2010 (sur Pastouch N°10), la stupide suppression de l’ancienne cale en pente qui permettait d’accéder au lac et d’en sortir tout aussi facilement a encore fait parler d’elle mercredi soir.

En effet, l’information relayée hier par tous les médias faisait état d’un spectaculaire sauvetage aux abords du lac de Gueux vers 18h45. Un poney apeuré est tombé à l’eau. Il aurait été sauvé grâce à l’intervention de l’équipe spécialisée des pompiers plongeurs de Reims après environ 2h00 de baignade forcée. Si la regrettée cale en pente n’avait pas été supprimée, quelques dizaines de minutes auraient largement suffit pour acheminer tranquillement l’animal jusqu’à la terre ferme.

peche-a-gueux

Il y avait de l’eau, avant 2010 !

Suite à ces aménagements de 2010, plusieurs canetons n’arrivant plus à sortir de l’eau s’étaient noyés. La municipalité avait fait installer en toute hâte une passerelle de survie. L’horrible planche des canards a finalement fait place à un monticule de roches un peu plus fonctionnel … mais pas davantage utile pour mettre une barque à l’eau, l’en sortir, ou permettre à un engin de terrassement d’aller curer le fond de l’étang. C’est aussi à cette époque euphorique de l’ère des saigneurs-de-Gueux qu’ont été arrachées les barrières* de protection sur lesquelles il était sympa de s’accouder en regardant les pêcheurs.

Voici encore une fois la preuve d’un bien triste bilan  : des décisions prises à la hâte, sans concertation avec pour conséquence des insatisfactions, des erreurs, des mises en danger et des travaux à refaire ici et là, souvent dans la plus grande discrétion mais toujours avec l’argent des contribuables. Gueux est riche, ou laisse entendre qu’il l’est encore ! Profitez-en !

.* deux enfants sont tombés à l’eau à quelques semaines d’intervalle en 2012 au niveau de la margelle, heureusement sans conséquence grave (Pastouch N°33  juillet 2012). Le poney, lui, a chuté du côté opposé, là où il n’y jamais eu de barrière de protection.