Le Circuit de Gueux, autrement #1

#1 – A l’origine (Retrouvez les autres articles ici )

A la fin du XIXème siècle, dans le monde entier, les constructeurs d’automobiles se comptaient sur les doigts d’une main. Ils étaient des centaines à la veille de la Première Guerre Mondiale. De nombreux raids se sont organisés, de ville à ville, puis, par mesure de sécurité les circuits où toute circulation est interdite pendant les épreuves ont été créés. Le premier circuit français ainsi tracé fut celui du Mans en 1906, de forme à peu près triangulaire et développant … 103 km !

Raymond Roche est né le 25 novembre 1892. Il a grandi en même temps que se développait l’automobile en France. Il a tenu son premier volant en 1910 et participe deux ans plus tard à son premier Rallye, sur une SCAR fabriquée à Witry les Reims.SCAR

Ce passionné observe avec la plus grande attention la création du circuit de Montlhéry en 1924, avec son ovale et son circuit routier de 12,5 km, sur lequel sera couru le Grand Prix de l’Automobile Club de France l’été suivant. L’ambitieux Raymond, Toto pour ses amis, décide alors de créer un circuit à Reims, déjà berceau de l’aviation mondiale depuis 1909. Il dessine un parcours de 22 km à l’est de Reims et prétend organiser le Premier Grand Prix de la Marne en Août 1925. Il reçoit le soutien de l’Automobile Club des Ardennes (ACA) dont il est le président, de l’Union Motocycliste de la Marne, de l’Eclaireur de l’Est, ancêtre du journal l’Union, et de la ville de Reims dont le maire Paul Marchandeau avait succédé à l’industriel Charles … Roche en 1925 !

Evidemment Toto y participe, sur Amilcar 1100 Sport, ainsi qu’un certain Pierre Bouchez sur Chenard et Walker 3L et dont nous reparlerons.

C’est un succès sportif, mais le parcours est jugé trop long et les spectateurs se lassent entre deux tours. Des tensions secouent l’ACA dont une partie des membres fonde l’ACC (Automobile Club de Champagne), tandis que l’autre crée l’ACACA, Automobile Club des Ardennes, Champagne, Argonne.

Cette dernière équipe trouve un parcours plus adapté, juste aux portes de Reims en direction de Paris, de forme triangulaire et d’un développé de 8 km environ. Ainsi est né le Circuit de Gueux qui accueillera le Second Grand Prix de la Marne le 25 Juillet 1926.

A suivre : #2 – Etat des lieux


1926-115-Thillois A verif

-Edité le 28 avril 2013