Le soleil brille pour tout le monde … à Gueux

Gueux, le 13 juin 2016 :

PF2016_102

Photo JCG

Henri Le Saux, moine bénédictin, nous a laissé cette belle formule : Le soleil ne se lève que pour celui qui va à sa rencontre.

Il est vrai que le temps prévu par la météo ne rendait pas optimistes les acteurs des manifestations organisées à Gueux en cette fin de semaine, et tout particulièrement les familles des enfants qui venaient renouveler les promesses de leur Baptème en faisant leur Profession de Foi samedi après-midi.

Clément, le ciel s’est ouvert dans l’après midi pour montrer, qu’au dessus des nuages, il y a toujours le soleil.

Cela était juste récompense et permettait aux enfants qui avaient préparé leur célébration depuis de longs mois de poser pour d’innombrables photos d’inoubliables souvenirs autour de l’église Notre Dame de Gueux. Les organisateurs du concours de pêche avaient gentiment préservé les abords de l’édifice. Les pelouses étaient fraichement tondues, les parterres de fleurs minutieusement nettoyés. Oui, ceux qui sont allés à sa rencontre ont vu le soleil se lever, et tant mieux si cela a profité à tout le monde !

PF2016_101Peu de temps avant l’église Notre-Dame était comble et accueillait la procession des onze enfants, partie depuis la Croix qui leur a servi de lieu de rassemblement et de préparation  à ce grand évènement. La Profession de Foi n’est certes pas un Sacrement, mais c’est un temps fort qui permet aux baptisés d’hier et jeunes adolescents d’aujourd’hui de réfléchir sur leur Foi. C’est un point d’orgue, comme l’a souligné le Père Pascal Rodrigues dans son homélie,  une étape importante dans leur itinéraire religieux. C’est une célébration au cours de laquelle des enfants renouvellent en leur nom propre l’engagement pris pour eux par leurs parents, parrain et marraine au moment de leur baptême.

C’est également une fête familiale, qui donne accès à la responsabilité personnelle : le passage de l’enfance à l’adolescence.

Et ensuite ? Il faut bien reconnaître que beaucoup de jeunes considèrent qu’il s’agit là de leur dernier acte religieux avant quelques années, plus ou moins longues (la Confirmation, le Mariage …,) et cela marque aussi la fin du caté.

Pourtant beaucoup de temps forts les attendent dès demain pour rester solides, debouts et unis dans une société souffrante qui a réellement besoin d’eux à son chevet.

Quand le soleil s’éclipse, on en voit la grandeur, disait Sénèque.
PF2016_303

PhotoJCG