Les noces de Cana, à Rosnay

Rosnay, le 22 mars 2015 :

2015_03_21Rosnay102L’église Notre-Dame de Rosnay est intéressante au point de vue architectural. Classée monument historique, et datant du XIIe siècle, elle a conservé de son époque romane sa nef, ses bas-côtés, et son clocher au toit en bâtière. Comme dans quelques communes, le choeur, la croisée des transepts et les chapelles latérales sont gothiques. Cette construction plus moderne offrait plus d’espace et une meilleure luminosité dans la partie la plus sacrée de l’église.

NocesDeCanaB_PigeonLes nouveaux vitraux de la chapelle de la Vierge à l’Enfant ont été offerts, selon ses voeux, à l’association Notre-Dame de Rosnay par un habitant du village récemment disparu, monsieur Patrice Crespin. L’oeuvre, représentant les noces de Cana a été réalisée en 2014 par Monsieur Bruno Pigeon, Maître verrier de Reims. Ils traduisent une subtile alliance entre l’art contemporain et le patrimoine ancien, et laissent le souvenir d’un passé douloureux puisque l’église de Rosnay, comme la plupart des édifices de notre région a subi de graves préjudices lors de la seconde bataille de la Marne en 1918.

C’est donc hier matin, dans une relative confidentialité, que ces vitraux ont été bénis par l’abbé Pascal Rodrigues*. Ce dernier a su rappeler que si les vitraux embellissent nos églises, ils traduisent la réalité du Ciel. Ainsi, cette représentation des noces de Cana doit nous rappeler que l’évènement fut le premier signe que Jésus accomplit au bénéfice de ceux qui crurent en lui, et qu’il est en lien très étroit avec le mystère de l’eucharistie, alliance entre Dieu et les hommes. La main de Marie, posée délicatement sur l’épaule de Jésus est un signe fort de bienveillance.

2015_03_21Rosnay101Le vitrail est une réalisation de l’homme, il doit nous rappeler que notre Chemin est un chemin de service, et que sommes appelés à proclamer la gloire de Dieu, souligna également le prêtre.

Plusieurs personnalités avaient répondu à l’invitation de l’association, madame Normand, maire de Rosnay, Philippe Salmon, maire de Crugny rejoint très vite par notre ministre, députée et présidente de Reims Métropole Catherine Vautrin.

* Egalement fin narrateur, l’abbé nous a confié, à la fin de la cérémonie cela s’entend, qu’il y avait eu en fait deux noces de Cana, et qu’après avoir changé l’eau en vin de la première noce où il était invité, Jésus fut sollicité pour accomplir le même miracle dans la maison d’à côté. Il se serait alors écrié : Ah non, pas de Cana-bis !