Les presbytères, à Gueux

Gueux, le 24 août 2014 :

QuartierEglRomJe suis désolé de ne pouvoir précisément répondre aux quelques questions qui m’ont été posées suite à l’article de l’Union de vendredi 22 août : Des incendiaires au presbytère.

Questionnés, les Sapeurs Pompiers du village m’ont indiqué qu’ils n’avaient pas été sollicités, ce qui n’est pas anormal puisque Gueux a perdu son statut de CPI (Centre de Première Intervention) depuis mars 2013. Il n’y a pas de VPI au village (Article Aout 2013, Ici). Voilà donc un nouvel exemple du ridicule de la situation : déplacer d’autres pompiers (2 fois, en plus) pour un banal feu de détritus ! Fort heureusement la situation s’est enfin arrangée (voir Ici), et le CPI reprendra bientôt son activité, couvrant ainsi la sécurité incendie du secteur de Gueux en première intervention.

Quant au groupe de jeunes présumés responsables de l’incident, il ne m’appartient pas d’en dire davantage. Si c’est fondé, ils en tireront eux-même les leçons. L’essentiel est qu’il n’y ait eu ni victime, ni gros dégâts. Du reste cette maison abandonnée, si c’est de celle-là dont on parle, devrait être sécurisée pour éviter de nouveaux pépins. Ce qui me parait plus intéressant, c’est que le presbytère désaffecté de la place d’Ormes soit mentionné dans l’article du journal !

Je ne savais pas qu’il y en avait eu un à cet endroit !

A ma connaissance, à l’époque où l’église romane du village était située au coeur de l’ancien cimetière, le presbytère se trouvait justement au bout de l’impasse du Presbytère (Voir ci-dessus le plan de 1938). Diverses informations de la fin du 19ème mentionnent que la toiture était à refaire et que le bâtiment était en mauvais état. Il est fort probable qu’un nouveau logement ait été proposé en même temps que la construction de l’église offerte par la famille Roederer en 1871, mais où ? On peut encore imaginer qu’il ait été détruit lors des bombardements de 1918, avant d’être reconstruit, peut être justement ruelle d’Ormes !

Au début des années 60, le presbytère se trouvait à Rosnay, avant de revenir à Gueux vers 1965 à la place de l’ancien café Brochet, où notre curé Pascal Rodrigues et son équipe paroissiale accueillent les familles et dispensent les cours de caté.

Il y a donc des trous à combler, et toutes les précisions concernant l’histoire du ou des presbytères de Gueux seront les bienvenues ! Merci d’avance !