Des volontaires en manoeuvre, à l’église

Gueux, le 4 août 2014 :

2014_08_04EgGx2

Au moyen âge, les fidèles assistaient debout aux offices de la paroisse. C’est seulement à partir du XVIème siècle que sont apparus des bancs et des sièges.

L’apparence du siège du célébrant doit exprimer la fonction de celui qui préside l’assemblée (Institutio Generalis Missalis Romani – 1969). Il doit être bien visible, tourné vers les fidèles, et éviter toute apparence de trône.

Le nouvel autel de Notre Dame de Gueux fut installé en 1995. Des efforts particuliers ont été faits pour qu’il soit parfaitement intégré à l’édifice, notamment par le dessin de son pied central qui n’est pas sans rappeler les piliers de l’église. Malheureusement le siège du célébrant et les tabourets de ses acolytes sont installés à l’arrière, en contrebas et donc pas très visibles. Plusieurs solutions nécessitant de lourds travaux sont envisageables pour remédier à cela. En attendant, le podium de l’ancien autel en bois* a été descendu de la tribune par quelques paires de bras vigoureux et mis en place. Quelques petits aménagements seront nécessaires dont se chargeront volontiers les bénévoles de la paroisse.

Prochainement, ce sont les stalles, meubles composés de sièges en bois munis de miséricordes (petits strapontins fixés sous les sièges permettant au clergé de se reposer tout en restant debout pendant les longs offices d’antan) qui devraient retrouver leur place d’origine, de chaque côté du choeur. Il faudra bien plus que quelques paires de bras, même les plus vigoureux, pour cette mission !

* En 1995, l’ancien autel central de ND de Gueux, a été transporté dans l’église de Rosnay. On l’a vu dernièrement, Muizon s’est doté d’un magnifique autel inauguré en janvier 2014 par Monseigneur Feuillet (voir Ici). Les Muizonnais ont à leur tour confié leur vieil et bel autel en bois à Rosnay, et de ce fait l’ancien autel de Gueux a réintégré son église d’origine, dans la petite chapelle de Marie, en février dernier.

Par le trou ... des cloches

Descente par le passage … des cloches