Mieux respirer en ville … avec Crit’Air ?

Gueux, le 23 janvier 2017 :

Reims, déc 2016 ©F3Champ. Ard.

Il paraît que 30% des particules fines sont émises par les 6 millions de voitures anciennes du parc automobile français (30 millions de véhicules). Circuler autrement et moins polluer est donc évidemment une bonne chose mais certains ne voient dans la nouvelle mesure Crit’Air qu’un nouvel impôt et de la discrimination. D’autres, ceux qui le peuvent, y voient un encouragement à acheter un nouveau véhicule. Mécontents, les automobilistes citoyens de la FFAC ont déjà manifesté à Paris dimanche 15 janvier (ils étaient une centaine). Aujourd’hui, c’est au tour des motards en colère de la FFMC (ils seront plus de mille) de montrer leur mécontentement face à la mise en place de la vignette Crit’Air. 

On doit le savoir, la pastille écologique est en vigueur depuis juillet 2016, mais n’est obligatoire que depuis le 16 janvier 2017 dans les Zones à Circulation Restreinte réglementées par les agglomérations (dont Paris, Grenoble, Lyon). Ceux qui y roulent sans le badge écoperont (d’ici quelques semaines) d’une amende minimale de 68 Euros. Mais pour le moment tout le monde est autorisé à rouler le week-end et en semaine de 20h00 à 8h00.

Tous les véhicules sont concernés, ainsi que les visiteurs occasionnels, exception faite pour les véhicules d’urgence et de collection (?). Les ZCR ne sont pas vraiment une nouveauté et d’autres grandes agglomérations  devraient bientôt adopter ce dispositif. Strasbourg va rapidement s’y coller (la vignette ?), suivie probablement par les 20 lauréats de l’opération nationale Ville respirable en 5 ans dont Reims … Métropole et Epernay Agglo font partie. 

La pastoche écolo n’est donc pas gratuite (4,18 Euros, tarif unique, frais de port compris), et pour se la procurer le mieux est d’aller sur le site certificat-air.gouv.fr. Chaque véhicule devra garder sa vignette toute sa vie (tant qu’elle sera lisible). Un conseil : méfier vous des arnaques ! Seul le site officiel est habilité à distribuer la pastille. Le site Crit-air.fr, par exemple n’a rien d’officiel malgré son nom. Ceux qui n’ont pas internet peuvent se rapprocher des mairies, de la préfecture … ou pourquoi pas de la famille ou des amis ?

Je ne vois pas trop d’un bon oeil l’obligation d’apposer un symbole de différenciation, même sur une bagnole. N’y-a-t-il vraiment pas d’autre solution pour sauver la planète que nos 5 Euros ? J’ai relevé ce commentaire de Céline Kastner, directrice juridique de l’ACA (Automobile Club Association) qui estime que la nouvelle vignette a des conséquences disproportionnées par rapport à l’impact environnemental :

– Sur le plan économique, ce dispositif coûte cher à mettre en place : 15.000 euros à 150.000 euros d’investissement initial par zone. A cela s’ajoute environ 1 million d’euros de fonctionnement sur trois ans, d’après des estimations établies en 2015. Du côté administratif, il faut également mobiliser les forces de l’ordre pour pouvoir surveiller.

Elle ajoute :

– Pour les familles modestes et les jeunes, c’est extrêmement discriminant. Ce sont eux qui payent les frais de ce dispositif, n’ayant pas les moyens de s’acheter un autre véhicule. Et quand ils tenteront de vendre leur voiture cette vignette de mauvaise couleur fera perdre toute valeur au véhicule

Céline Kastner conclut en soulignant le fait que des pays ayant une conscience environnementale forte, comme la Suisse, ont abandonné ce dispositif en 2011. Cela fait réfléchir … Est-ce encore un coup à la Ségo’ pour compenser les milliards d’Euros de pertes de l’opération Ecotaxe ?


De toutes façons, vignette ou pas, il ne faut pas se priver de mieux rouler pour l’environnement. Rassembler localement les citoyens pour leur prodiguer des conseils d’éconduite pourrait-être un bon début et probablement plus efficace …