Mille selon tout le monde … à Gueux

Gueux, le 20 mars 2015 :

2015Carnaval104Le Carnaval, à Gueux, c’est l’occasion pour les enfants du groupe primaire de se déguiser et de réjouir les habitants dans une belle et longue parade qui fait le tour du village. Faire la fête, rire et chanter, c’est plus agréable quand il fait plus chaud, c’est pourquoi la date est généralement fixée vers la fin mars, même si cela ne coïncide pas avec le traditionnel Mardi Gras.On défile aussi le vendredi après-midi, ce qui est bien plus simple pour tout le monde. Enfin, et à Gueux c’est une tradition qu’il faudra respecter encore longtemps :  le soleil est invité, et ce depuis au moins 10 éditions !

La colonne s’est mise en route à l’heure prévue, derrière un véhicule sonorisé par le Comité des Fêtes, et l’indéfectible Michel Naud aux commandes. Je l’ai plusieurs fois entendu dans le cortège, devant derrière et au milieu : Nous sommes bien un millier ! C’est finalement possible, je n’ai pas pris le temps de compter, mais il y avait environ deux fois plus d’adultes que d’enfants, sécurité oblige !

2015Carnaval103La sécurité, justement, était parfaitement organisée en interne par un service d’ordre performant constitué d’enfants responsables, évidemment encadrés par les enseignants, déguisés eux aussi. La Gendarmerie avait délégué du personnel à pied et un véhicule en tête de cortège, et les Sapeurs Pompiers de Gueux prenaient le relais en queue d’un peloton qui avait tendance à s’étirer beaucoup.

2015Carnaval102Les petites pattes des maternelles, toutes déguisées sur le thème des petites bêtes, avaient du mal à suivre le rythme des plus grands de l’élémentaire.  Les costumes étaient vraiment originaux, les enfant s’étant réellement appliqués à jouer le jeu. Un concours, interne, du meilleur déguisement de chacune des 7 classes était ouvert, avec pour gains des tas de bonbons …. je sais plus leur nom, ça finissait par O pour reprendre les paroles de la chanson d’un chanteur bien connu.

C’est un bonheur d’assister à de tels rassemblements, particulièrement quand c’est la jeunesse qui en est au coeur. J’ai même envie de dire que c’est rassurant et encourageant, à condition d’être présent, et surtout attentif aux attentes de cette jeune population qui, de toute façon,  finira par prendre les choses en main demain.

2015Carnaval101