Miracle à Notre-Dame, à Gueux ?

Gueux, le 16 janvier 2014 :

2013Eglise Nov101Pratiquement abandonnée depuis 6 ans, l’église de Gueux fait peau neuve depuis ces dernières semaines. On se souvient des articles de Pas Touch’ traitant de l’état du bâtiment, et les habitués du Culte ont en mémoire les nappes d’eau qui depuis plus d’un an stagnaient régulièrement à l’intérieur de l’édifice après chaque bon orage. Non, il ne fallait pas y voir l’apparition d’une source miraculeuse, mais bien le résultat de plusieurs années de négligence. Les murs de l’église, profondément minés par les ruissellements mériteraient sans doute une expertise plus approfondie aujourd’hui que celle de complaisance réalisée au début de cette mandature.

Le bon sens aurait été, comme je l’avais suggéré à la Haute Autorité Locale il y a quelques années, de profiter efficacement de la présence du camion-nacelle sollicité toute une journée pour le remplacement de notre fier mais bien malade coq de clocher par un mini-coq. C’était vraiment l’occasion, donc efficiente (je rigole), de faire un état des lieux de la toiture et de réaliser un bon nettoyage des chéneaux. L’idée ne venant pas d’en-haut ( je ne parle pas du Ciel), ou d’un proche d’en-haut (et je ne parle pas non plus des Apôtres), elle ne pouvait pas être retenue.2013EgliseJuin101

Bref, tout cela pour vous dire qu’un miracle semble bien avoir eu lieu à Notre-Dame de Gueux : à priori plus de fuites, une bonne couche de peinture vient d’être déposée sur les poussières des murs de la Sacristie, et il vient d’être décidé en Conseil Municipal l’urgence (*) de la rénovation de chauffage du transept et de la nef . Dans le même temps on nous apprend que la salle opposée à la Sacristie sera (enfin) refaite (les bénévoles de la paroisse s’en seraient bien chargés, soit-dit en passant), et que des toilettes dites PMR (personnes à mobilité réduite) y seront installées. C’est ballot de dépenser beaucoup d’argent pour cela alors qu’il aurait été préférable lors des travaux extérieurs d’installer des toilettes publiques convenables et disponibles à tout moment et pour tous, c’est d’autant plus ballot que la norme PMR prévoit un accès de 900 mm minimum et que l’entrée de ce local de l’église en fait 860, hors huisserie. Va-t-on abattre des murs ?

Mais on l’a bien compris, celles et ceux de l’équipe municipale actuelle qui accepteront de repartir auront besoin de tous les suffrages pour viser un second mandat, et les voix du Seigneur, même si elles restent impénétrables, ne sont donc pas négligées.

Oui, l’approche des municipales a quand même du bon, même si tout cela me parait un peu précipité et dénué du bons sens … paysan (que je suis, je reste et resterai … (sic))

 *Je reviendrai à temps en détail sur la véritable signification de la déclaration d’urgence de ces travaux, pourtant chiffrés en 2011 mais non réalisés. Il y a, je le subodore, comme un malaise financier, et là mes amis, il ne faudra pas s’attendre à des miracles !

2013EgliseJuin102