Parole de Curé en Janvier 2016

Quelques pistes de réflexions pour cette année 2016…

francois-assiseVous savez fort bien que le 18 juin dernier, notre Pape François a publié la deuxième lettre Encyclique de son pontificat : Laudato si = Loué sois-tu. Une longue lettre qui débute par une citation du cantique de Saint François d’Assise sur la création. « Loué sois-tu, mon Seigneur pour notre mère la terre, qui nous soutient et nous gouverne, et produit divers fruits avec ses fleurs colorées et l’herbe… ».

Une véritable invitation à rendre grâce à Dieu pour la terre … Une louange au Seigneur pour le don de cette belle nature que les saisons viennent colorer. La terre, cadeau de Dieu à l’homme gardien et jardinier de celle-ci…Nous trouvons cette mission de l’homme dans le livre de la Genèse au chapitre 1, les versets 28 à 31. L’homme est le centre et le sommet de la création.

Oui, nous croyons en un Dieu qui responsabilise l’homme…Un Dieu Créateur qui, dans sa bonté, nous invite à être des co-créateurs de beauté, les protecteurs de « notre maison commune » (Pape François).

Le Saint Père, au numéro 13 de sa lettre, lance un appel urgent : « Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer ». Nous sommes tous responsables ! Chacun peut apporter sa pierre, si petite soit-telle, à la mise en œuvre d’une écologie responsable et durable… « Nous avons besoin d’une conversion qui nous unisse tous… ». Et le Pape nous redit que nous ne sommes pas seuls dans cette belle aventure : « Le créateur ne nous abandonne pas, jamais il ne fait marche arrière dans son projet d’amour… ». C’est une certitude qui nous permet de ne pas avoir peur, de ne jamais désespérer et surtout de croire que le Seigneur met dans le cœur de tout homme ce désir profond d’être des bâtisseurs d’amour et d’avenir…

SpiraleA la lecture de cette Encyclique, nous voyons que notre Pape François porte un regard juste et vrai sur la situation du monde. Pour réveiller nos consciences, il parle, au numéro 163, « de la spirale d’autodestruction dans laquelle nous nous enfonçons ». Nous percevons bien que la finalité de son propos n’est pas de nous culpabiliser, de nous faire peur, mais de nous responsabiliser en tirant la sonnette d’alarme. Il y a urgence ! Le Saint Père ne se contente pas de souligner vigoureusement les anomalies, les problèmes de notre société, il propose des pistes de réflexions et met en exergue les solutions concrètes que l’homme apporte aujourd’hui. Voir, par exemple, les numéros 164 et suivants.

Au chapitre II de sa lettre, notre Pape François nous offre une réflexion Théologique et Scripturaire : « l’Evangile de la Création, la lumière de la foi, la Sagesse des récits bibliques ». Et il précise au numéro 62 : « La science et la religion, qui proposent des approches différentes de la réalité, peuvent entrer dans un dialogue intense et fécond… ». La foi et la raison ne s’opposent pas ! Un thème que le Pape Benoît XVI avait développé pendant son pontificat et particulièrement lors de sa venue en France.

La Bible nous donne de regarder autrement l’homme et son environnement. « Les Récits suggèrent que l’existence humaine repose sur trois relations fondamentales intimement liées : La relation avec Dieu, avec le prochain, et avec la terre ». « Chacun est le fruit de la pensée de Dieu. Chacun de nous est voulu, chacun est aimé, chacun est nécessaire… ». n°65.

Le but de cet article n’est pas de faire un résumé de la lettre Encyclique, mais de vous inviter à la lire et à la méditer…Si ce n’est déjà fait !

NatureUne lecture qui nous conduira à une vraie réflexion et à nous poser quelques questions simples :

  • Quel regard avons-nous sur les progrès de la science, les progrès l’humanité ?
  • Comment utilisons- nous les biens de la terre ? L’eau par exemple
  • Les produits domestiques, les produits phytosanitaires
  • Quelle conversion, quel changement dans notre façon de vivre ?

« Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants » A. de Saint-Exupéry.

Bonne lecture et sage réflexion…

Votre Curé, l’abbé Pascal Rodrigues.