Parole de Curé en Juin 2015

Le Sacrement de la Miséricorde

AUDIENCE DU PAPE FRANCOISDans « la Bulle d’Indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde » qui s’ouvrira le 8 décembre prochain, le Pape François dit : « Avec conviction, remettons au centre le Sacrement de la Réconciliation, puisqu’il donne à toucher de nos mains la grandeur de la Miséricorde. Pour chaque pénitent, ce sera une source d’une véritable paix intérieure ». (N° 17). Depuis quelques années, les chrétiens découvrent ou redécouvrent la beauté de ce Sacrement qui manifeste de façon visible et sensible la Miséricorde de Dieu. Il arrive que des personnes me demandent : « Est-ce que la confession existe toujours ? » « Comment se confesser ? ». « Je ne sais plus me confesser… ».

Pour comprendre la pertinence de ce Sacrement vital du Pardon, nous devons poser la question : Qu’est-ce que le péché ?

Le péché est avant tout offense à Dieu, rupture de communion avec Lui. Le péché porte atteinte à la communion avec L’Eglise et à nos bonnes relations avec les autres. Le péché ternit ou brise les liens d’amitié, d’amour que nous tissons avec le Seigneur et avec nos frères. Le catéchisme de l’Eglise Catholique dit au numéro 73 : «  Dans l’histoire de l’homme, le péché est présent. Une telle réalité ne s’éclaire pleinement qu’à la lumière de la Révélation Divine, et surtout à la lumière du Christ Sauveur de tous, qui a fait surabonder la Grâce là où le péché a abondé ». Oui, notre humanité est marquée par le péché, nous sommes en tension entre le bien et le mal…Mais, nous croyons en un Dieu qui nous aime et qui nous propose un chemin de conversion…Jésus est venu pour les malades et les pécheurs…

Dans l’Evangile, Jésus appelle à la conversion : St Marc 1,15 « Repentez-vous et croyez à l’Evangile ». Un effort de conversion est à la fois œuvre humaine et mouvement du cœur : « Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu… » Psaume 50. Nous sommes attirés et mus par la grâce à répondre à l’amour miséricordieux du Seigneur qui nous a aimés le premier. C’est la foi qui nous permet d’entendre l’appel du Christ et c’est l’Amour qui nous donne d’y répondre de tout notre cœur. Pour bien saisir cet appel à la conversion qui conduit l’homme à faire une vraie rencontre avec le Dieu d’amour et de miséricorde, il serait bon de lire et de méditer la Parabole du « fils prodigue » dont le centre est le « Père miséricordieux » St Luc 15, 11. Cette Parabole nous offre une véritable trame pour une démarche de confession…

Se confesser, ce n’est pas informer Dieu, lui qui connaît mieux que nous notre cœur, c’est avant tout savoir reconnaître avec franchise nos péchés… « Oui, je connais mon péché…Mais tu veux au fond de moi la vérité ; dans le secret, tu m’apprends la Sagesse… » Psaume 50.

Le Sacrement du Pardon est une belle rencontre entre le Père et son fils, entre Dieu et l’homme…Un cœur ouvert, plein d’amour et de compassion, et un cœur blessé, encombré…Mais marqué par le désir de perfection, de sainteté…Un désir profond d’être en vérité face à Dieu, face à aux autres et face à nous même pour mieux aimer, servir et s’épanouir…

«De tout façon, je n’ai rien à me reprocher ». Cette affirmation est un mensonge qu’on se fait à soi-même pour éviter de regarder la réalité en face. Si nous disons : « Nous n’avons pas de péché, nous nous égarons et la vérité n’est pas en nous. Si nous confessons nos péchés, Lui, qui est fidèle et juste nous pardonnera… » 1 St Jean 1, 8-9.

Parfois, nous entendons dire : « la confession est humiliante et aliénante ». Le confesseur est là, au nom du Seigneur pour relever le pécheur, non pour l’écraser. La confession est un acte d’homme libre qui s’ouvre sur une profonde et joyeuse libération…La confession n’entretien pas le remords, mais elle efface le péché et transforme le remords en joie et action de grâce par le pardon. « Je t’ai fait connaître ma faute je n’ai pas caché mes torts. Je rendrai grâce au Seigneur en confessant mes péché » Psaume 31, 5.

« Je me confesse directement à Dieu… » Pour être certain que Dieu nous a réellement pardonnés, nous avons besoin d’un signe venant du Seigneur. Le prêtre est l’instrument visible de la miséricorde. Le Seigneur donne le pouvoir à certains hommes de pardonner les péchés : « Remettez les péchés. Ceux à qui vous les pardonnerez, ils seront pardonnés…. »St Jean 20,23.

« Je retombe toujours dans les mêmes péchés ». Peut-être, mais sans la confession, vous auriez commis sans doute des fautes plus graves. La confession donne la lumière et la force pour éviter de tomber plus bas et pour progresser vers un amour plus parfait de Jésus. Je donne souvent l’exemple du médecin que l’on rencontre régulièrement, pour renouveler son ordonnance. Il prescrit les mêmes médicaments…Pour que j’aille mieux, pour que je guérisse…Le grand drame serait de douter de la miséricorde du Seigneur. St Benoît nous dit au chapitre 4 de la Règle : « Ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu ».

Le mois de juin est sous le vocable du Sacré Cœur. Demandons à Jésus la grâce de croire en sa miséricorde et d’en être les témoins.

L’abbé Pascal Rodrigues