Pas Touch’ N° 13 – Novembre 2010 : In vino veritas

humour-beaujolpif313 novembre 1951 : pour apaiser les vignerons en colère, une note ministérielle autorise la vente de vin de l’année sous certaines conditions : l’appellation Beaujolais Nouveau est née. La date de sortie officielle du 15 novembre ne parait qu’en 1967. En 1985 elle est fixée au troisième jeudi de novembre. Voilà l’Histoire.

Fêter l’arrivée d’un Vin Primeur est-il un acte citoyen ? Un peu mon n’veu ! C’est un symbole de convivialité, de fraternité, de rassemblement ! Alors, l’interdire à Gueux, l’eusses-tu cru ?

Voici cependant la réponse donnée par écrit par le maire au Comité des Fête qui sollicitait une salle municipale pour organiser sa traditionnelle soirée Beaujolais 2010 :

J’estime que ce genre de manifestation va non seulement à l’encontre des politiques publiques actuelles en faveur de la lutte contre l’alcoolisme et de la sécurité routière, mais risque également d’être à l’origine de troubles à l’ordre public.

Le maire de Gueux offre généreusement le champagne à l’occasion des vins d’honneur ne fait pas servir du thé au repas des aînés ! La soirée des Kékés que seraient donc les villageois Beaujolpifs aux yeux des élus ne fait-elle pas assez résidentiel ? De plus, chaque participant paye sa part, son verre comme sa tartine de pâté !

Ou alors, est-ce le rassemblement de foule qui dérange ? Des fois qu’on cause, qu’on complote, qu’on conspire… qu’on manigance !

Les anciens disaient : In vino veritas ! Comprendre : Toute la vérité ne se dit pas à jeun !

Ah, ce rôle qu’a tenu le vin sur la scène de notre Histoire, et particulièrement lors de la Grande Guerre !

J’ai comme toi pour me réconforter, le quart de pinard, qui met tant de différence entre nous et les boches, écrit Apollinaire en 1915. Ou encore, de Jean Richepin en 1916 : dans des verres de paysans, ainsi que dans des calices touchés d’une main tremblante, qu’ils boivent le pinard des poilus, versé par nos cantinières silencieuses et payé le plus cher possible au bénéfice des veuves et des orphelins de France.

affichepinardIl y a célébration et célébration : c’est aussi l’occasion, en novembre de se souvenir que le vin eut la mission très officielle de soutenir et de nourrir nos illustres combattants abandonnés dans les boyaux de 14/18.

Mais encore, qui se souvient de ces soirées chez Schmitt (le bistrot d’en haut…), à l’Hôtel des Lacs, au Café de la Place, ou encore chez not’ chère Mère Ouin-ouin ? Les commentaires allaient bon train, les avis divergeaient mais l’ambiance restait rurale… Ah! Les arômes de fruits rouges et de banane du Beaujolais primeur ! Quel débat !

Quoiqu’il en soit, camarade, jeudi 18 novembre avec modération et un bon saucisson, lève bien haut ton verre et trinque à la Liberté, à l’Egalité, à la Fraternité et à la… Tolérance !

Mais ça, c’est une autre histoire !

Claude Gremion, Villages, Hier & Aujourd’hui