Pas Touch’ N° 18 – Avril 2011 : Souillé ou salé ?

En juillet 1954, la Municipalité avait prit la sage décision d’aménager utilement les lacs : bordures, barrières et qualité des eaux. 

Les premiers points ont déjà été évoqués, et je devais revenir sur le dernier. Les lacs sont alimentés par des sources fraîches et limpides venues de la montagne, passant par la retenue du château puis par les étangs privés situés en aval. Jadis, il n’y avait pas de réseau pluvial : la pluie qui lavait les routes et embouait les chemins finissait naturellement sa course dans les bassins où ma grand-mère venait laver le linge de la maison et où mon grand-père pêchait le repas du vendredi midi. L’envasement était un phénomène naturel connu et bien géré, mais avec l’accroissement du trafic routier la pollution accidentelle des lacs devenait un risque majeur.

Un double raccordement fut donc réalisé et les eaux de pluie du village furent directement acheminées vers la Roquette, ce petit bassin au milieu des champs non loin de la bretelle sud du Circuit.

Les lacs retrouvèrent leur transparence, les lavandières et les pêcheurs leur sourire. Mais en période de sécheresse, le Golf retenait « son » eau et nos lacs baissaient de niveau. Après de longues périodes de pluies, la régulation ne se faisant plus naturellement, le Golf se délestait brutalement dans les différents étangs en aval, dont les tuyauteries de liaison n’étaient pas assez dimensionnées. Il s’en suivait des débordements au niveau de la place des Déportés, et une grande partie de l’eau rejetée sur la route s’engouffrait dans les avaloirs pour alimenter directement le bassin de la Roquette du circuit ; cela bien sûr sans passer par la case « remplissage des lacs ». 

Voilà la toute banale réalité… mais il faut bien la rétablir de temps à autre !

Bien évidemment, les travaux de 2010 ont tenu compte de ces paramètres, enfin, je l’espère !

Plus préoccupant : depuis ces travaux, les eaux de voirie se jettent à nouveau dans le lac au travers d’un nouvel avaloir près de l’église… c’est peut-être comme d’antan, mais est-ce bien légal ? 

Cet hiver, la couche de glace, pourtant de belle épaisseur sur toute la surface, s’est mise à fondre très rapidement à cet endroit précis. Est-ce donc à cause du sel déversé sur les chaussées enneigées ?

Jamais je n’avais vu cela auparavant ! Alors une photo souvenir s’imposait !

Rassurez-vous, cette petite entorse à la volonté forte de préserver le cadre de vie (sic) sera bien vite rectifiée. Finalement, après bien des blablas, le bon sens finira par reprendre ses droits. Chacun à le droit de faire des erreurs, mais aussi le devoir de les admettre et de les (faire) corriger sans chercher à désigner à tout rompre des coupables.

Ne devons-nous pas rester attentifs aux travaux réalisés sur notre territoire ?

Ce serait quand même bien, aussi, de retrouver un peu de transparence…. comme d’antan, et pas que dans les eaux des lacs !

Mais ça… c’est une autre histoire !

Claude Gremion

Assoc’ Villages Hier et Aujourd’hui