Pas Touch’ N° 68 – Avril 2015 : Vendre et revendre …

Repas des Ainés 1992 3 Col. D. HourlierMercredi 1er décembre 2010, Pastouch’ N°14 annonçait à une partie de la population médusée la décision du conseil municipal de se séparer de l’historique petite salle des fêtes de l’avenue de la Gare. Les élus de 2008 avaient radicalement snobé un lointain projet d’aménagement de Gueux-bourg-centre avec parking, commerces, et bâtiments à usages collectifs et sociaux. Les finances ne permettaient-elles déjà plus la négociation de la propriété attenante à la salle des fêtes, ou il y avait-il d’autres priorités sous-jacentes ?

sanzot3L’optimisme du maire, qui voyait déjà se transformer notre ancienne salle des fêtes en boucherie (… Sanzot, pour les tintinophiles !) faisait pitié. Du reste combien de projets tout aussi euphoriques, voire insouciants ne sont-ils pas sortis de son imagination ?

Trois ans après, la petite salle était toujours là, privée de toute vie que lui accordaient nos associations. Sa vente devait être tellement imminente que les  220 000 € du prix de cession étaient déjà budgétisés pour l’achat de matériel : tracteur, voiture de service (… ou de fonction, on ne sait plus trop), et un écologique grille-scarabées à gaz à 25000 € ! Certains en seraient tombés malades !

Bradée en 2014 à 190 000 € (c’est la crise …), le bâtiment a fini par trouver acquéreur. Celui-ci a déposé un permis de construire, visé par la mairie le 25 juillet de la même année, pour Changement de destination d’une salle des fêtes en deux logements locatifs … construits et aménagés de façon à être accessibles aux personnes handicapées, quelque soit leur handicap.

Et depuis ?  Depuis, on a beaucoup cassé … à l’intérieur. La salle est quasi-méconnaissable si ce n’est par ce qu’il reste de la grande fresque de Boden qui, paradoxe, servait d’arrière plan à la photo de campagne de ces mêmes élus de 2008.

Bien que les constructions prévues ne soient pas réalisées, la revente s’organise déjà, étrangement ! En février dernier, chaque parcelle était mise en vente sur le Bon Coin pour 165 000 € l’unité … plateau nu, clos couvert avec réseau et …. un plan joint d’exemple d’aménagement.

Depuis hier, le 31 mars 2015… et non pas aujourd’hui 1er avril,  vous ne m’auriez pas cru …, le Bon Coin, en propose maintenant 172 000 € l’unité !

Voilà donc plus de 4 ans que ce patrimoine local qui pourrait rendre encore beaucoup de service à notre village en mal d’équipements est irrespectueusement malmené, dépouillé, vendu et revendu. Qu’en sera-t-il demain ?

2015_03_31Madame Badet, l’unique femme-maire du village, l’avait fait acheter en 1953. Une future élue, ambitieuse et courageuse envisagerait-elle de la racheter en 2020, si toutefois elle était encore à vendre ? A quoi bon maintenant, me direz-vous … et vous aurez bien évidemment raison ! Tirer les leçons des erreurs commises serait déjà un grand pas en avant.

Je titrais dernièrement faire et défaire, c’est toujours travailler, mais ce n’est pas gros avancer, en me demandant si cela n’allait pas devenir la devise de la commune.

Pour terminer, voici venir vendre et revendre

Il reste à démontrer que c’est probablement gros gagner !

Mais ça, c’est une autre histoire !

Claude Gremion – Conseiller Municipal – Gueux