Pas Touch’ N° 80 – Avril 2016 : Quel âge a la brocante ?

Brocante 1999 3 Col. D. Hourlier

1999-Coll.CDF

Vendredi 1er mai 1998, à l’aube, le ronronnement sourd et continu des moteurs de voitures sous ma fenêtre finit de me réveiller. Pas question de faire la grasse matinée, il faut se lever et vite aller sur la place des fêtes pour étaler ce que j’ai accumulé depuis un an pour la brocante. Pour moi, plus festif qu’autre chose, cet évènement organisé par le Comité des Fêtes est l’occasion de faire un peu de ménage dans mon sous-sol, mais surtout de passer une bonne journée avec les copains et de faire sauter quelques bouchons, avec modération ! 

La traditionnelle kermesse du 1er mai était à bout de souffle et progressivement les brocanteurs ont pris la place des bénévoles de l’association paroissiale qui s’investissaient pour aider quelques villages du Mali. Le premier stand de la brocante avait fait son apparition en 1996, et la dernière boutique de la kermesse avait fermé ses rideaux l’année d’après en 97.

On dira donc que sa naissance officielle date de 1998. L’année suivante, un incontournable évènement local avait fait reculer la date de la brocante au dimanche 9 mai 1999 … A l’époque, on savait renvoyer l’ascenseur à ceux qui se donnaient à fond et sans arrière pensée pour le village, sans pour autant avoir un regard préalable sur leur bulletin de vote !

En 2010, il a fallu s’organiser différemment puisque les travaux de voirie de la rue Eugène Roederer ne permettaient plus l’accès des exposants à la place des fêtes. La municipalité, qui avait alors exclu le Comité des Fêtes de toutes les manifestations prit la décision collective d’installer la brocante dans le lotissement des Auges. Si certaines scènes de la première édition font encore tristement sourire, il faut reconnaître que ce déplacement fut, depuis, un énorme succès.

Le Comité des Fêtes fut réhabilité après les élections municipales de 2014, au grand soulagement des donneurs de leçons qui commençaient peut-être à s’essouffler. Aujourd’hui, à la veille d’un élément majeur pour notre commune, à savoir l’organisation de la marche des élus de 2017, les bannis d’hier sont courtisés et reprennent même les rênes de l’opération brocante en la faisant revenir sur son terrain d’origine, la place des Fêtes du village, le dimanche 1er mai prochain. Faut-il y voir une fine stratégie de l’un ou tout un symbole pour les autres ? Qui donc a ouvert un large bec et lâché son fromage ?

2015_04_01VHA101 - Version 2Ce qui est troublant, mais finalement pas très étonnant, c’est d’apprendre que les conseillers municipaux de Gueux n’en ont pas été informés, et donc pas consultés. Même l’adjoint en charge des associations était en dehors du coup. Informé par hasard, il eut finalement le bon réflexe de préciser que la messe  dominicale ayant lieu le dimanche 1er mai à Gueux, cela pourrait causer quelques dérangements. Du coup, on déplacera la messe … mais pas l’église … chez nos voisins et amis de Muizon !

Finalement, Gueux se plie bien à la mode gouvernementale. On décide à 2 ou 3 et on justifie après, quitte à revenir en arrière. L’essentiel est d’avoir les moyens de le faire, ou de trouver un bouc émissaire !  Alors pourvu que cela dure !

Mais ça, c’est une autre histoire !

Claude Gremion – Conseiller Municipal – Gueux

Avril 2016