Pas Touch’ N° 81 – Mai 2016 : Dé …missions ! Quelles missions ?

kleenex1Samedi 7 juin 2008, comme tous les matins je survole les titres du journal l’Union. J’y découvre une demie-page faisant état de la démission du maire de Gueux. Si ce n’était pas vraiment une surprise pour tout le monde, cet article donnait quelques informations suffisantes pour faire cesser les rumeurs les plus nauséabondes. Celles-ci auguraient du reste la crainte de voir notre tranquille village à l’historique caractère social-résidentiel sombrer petit à petit dans le néo-politico-pestilentiel. 

Ainsi seulement une dizaine de conseillers (sur les 19) avaient été mis dans la confidence. Interrogé par la journaliste, le premier adjoint se laissait aller dans des détails surprenants, annonçant notamment qu’il n’avait pas fait le souhait de prendre la succession … pour l’instant (il avait donc déjà pris le temps d’y réfléchir). Ironique ou pas, il ajoutait que si le maire avait été élu, c’est qu’on l’avait un peu poussé ! Pas très catholique !

Objectivement, si le maire a démissionné, c’est qu’on l’a un peu poussé aussi, et sans ménagement. Ainsi lors de sa dernière présidence du conseil municipal du 4 juin 2008 et malgré un solide argumentaire allant dans le sens de la concertation, il a été totalement désavoué en public par la totalité de son équipe (sauf une voix), sur le délicat sujet des Terres du Circuit. Du jamais vu à Gueux ! Décidément, ce sujet des TdC aura été servi à toutes les sauces, particulièrement pour servir des intérêts personnels et pas vraiment ceux du village. Oh! Je crains que la fête ne soit pas encore terminée, mes chers amis !

J’ai cru alors, qu’après avoir fait le tour de son nouveau Gueux en 80 jours, notre Phileas Fogg local aurait compris à qui il avait à faire. Mais non !

En mars 2014 j’avais cependant titré Bis repetita placent dans la 55ème édition de ma feuille de chou mensuelle Pas touch’ !

Le maire remplaçant, puis réélu à 50 voix près, s’est aujourd’hui solidement arrimé à son trône. Beaucoup ont compris que son regard papillonnant s’est hâtivement retourné vers la nouvelle Communauté Urbaine de Reims à qui il a offert notre village sur un plateau sans aucune contrepartie. Enfin, nous verrons bien !

Après la démission de la cadette de l’équipe majoritaire en mars dernier, c’est une autre jeune conseillère de la même liste qui vient d’abandonner poliment le navire. La loi est claire à ce sujet : ce sont les suivants de la même liste qui s’y collent. Enfin, ceux qui veulent bien s’y coller, y compris celui qui disait qui ne s’y collerait pas mais qui s’y colle quand même !

On est en droit de penser que le petit dernier de la liste a été un peu poussé, lui aussi, mais pour y aller !

Donc il y a toujours, en théorie, 19 conseillers municipaux autour de la table. Même si sa réserve est tombée à zéro, il faudrait encore 7 ou 8 démissions de la majorité avant de rendre obligatoires de nouvelles élections ! Pas d’affolement donc ! Nous subirons jusqu’en 2020 le même déni de démocratie avec la règle imposée de la main droite levée et du petit doigt de la main gauche sur la couture du pantalon. C’est ainsi que passent sans encombre les quelques délibérations qui restent du ressort des élus, puisque le maire, en monarque, s’est accordé un maximum de délégations. Du reste la prochaine réunion du CM n’est prévue que le 28 juin … tout baigne donc au village !  Plus de commission, plus de réunion … plus de concertation … et surtout, surtout, pas de contestation !

Les promesses électorales sont bien profondément enfouies, à Gueux !  On s’y ferait presque !

Mais ça, c’est une autre histoire !

Claude Gremion – Conseiller Municipal – Gueux