Pas Touch’ N°25- Nov.2011: C’est qui le Patron ?

Dimanche matin, le 27 août 1944 :

LIBGUEUX - Version 2Maman et Grand-mère se rendent à la grand-messe donnée en l’honneur de notre Saint-Patron. Madame C s’approche discrètement et souffle à l’oreille de Mamie : « Il paraît qu’ils sont à Fismes, mais chut ! » Oui, chut : depuis quelques années il est recommandé de parler discrètement des choses dites embarrassantes, dans notre petit village sauvagement occupé.

Sitôt l’office terminé, elles pressent le pas pour annoncer la bonne nouvelle aux garçons.

Trop tard, Radio Bistrot a vite fait passer l’info : des hommes s’agitent sur la place des fêtes et parlent à voix haute : « Ils vont à Epernay par Faverolles … ils veulent contourner Reims … mais non … mais si … et nous alors ? ».

Quelques téméraires seraient déjà partis à leur rencontre sur la route de Rosnay…

Les premiers soldats de la 5ème division d’infanterie US feront leur apparition le soir même, suivis d’une petite unité de blindés qui s’installera sur la place le lendemain. La libération de Gueux sera officialisée le mardi 29 Août 1944.

Cet évènement historique cadre bien avec la fête du village, célébrée chaque dernier dimanche d’Août!

On y honore d’abord le St. Patron, St. Timothée, et non pas St. Hyppolite comme l’a proclamé le Premier Adjoint dans le bulletin local de septembre 2010. Vouloir tout chambouler à Gueux est-il une obsession ?

Notre Timothée, à nous, prêchait la vérité de l’Evangile à Reims*. Dénoncé aux romains, il fut jeté en prison et longuement supplicié. Son bourreau Appolinaire vit en la foi persistante de Timothée l’oeuvre de Dieu et se mit à confesser le Christ à genoux. Condamnés à mort, les deux fidèles eurent la tête tranchée au lieu dit La Pompelle. C’était en l’an 324. La paroisse de Gueux dédiera bien plus tard son autel à St.Timothée, et honorera longtemps avec lui son glorieux compagnon St. Appolinaire, chaque 23 Août.

«Sancti Timothaee et Apollinaris, orate pro nobis !», invoquait-on tous les dimanches, jadis à Gueux.

Voilà un peu d’histoire locale à transmettre à nos enfants ! Aussi avons-nous au moins deux bonnes raisons de maintenir notre traditionnel défilé de la fête à Gueux, nonobstant la proposition** du Premier Adjoint (encore !) de supprimer ce cortège rassembleur dès l’an prochain ! Ben voyons !

Michel Audiard s’est permis de jolies formules liées à ce genre d’audace, et aussi cette pudique citation :

«Une habitude bien française consiste à confier un mandat aux gens et de leur contester le droit d’en user !». C’est globalement vrai, faut pas le nier. M’enfin, faut pas pousser quand même !

Depuis quelques temps, user devenant abuser, voire grossièrement abuser, n’y aurait-il pas matière à contester davantage … même si la haute autorité du village prétend  n’en avoir rien à f… ** ?

Mais ça, c’est une autre histoire !

Claude Gremion

Assoc’ Villages Hier et Aujourd’hui

*Reims s’appelait alors Durocortorum, de Durocorter : forteresse ronde, en Celtique

** Ouï lors du CM du 5 octobre 2011,  ah oui !