Pas Touch’ N°50 – Octobre 2013 – Oui, 50, déjà !

50WidgetDimanche 25 octobre 2009, 9h30, seul devant mon clavier je commence à rédiger ce qui deviendra le premier de la série des Pas Touch’. J’éprouve un profond besoin d’exprimer ce que je ressens : il y a 15 minutes de cela, en pleine mission dominicale de pain-journal, je conversais avec un ancien conseiller municipal devant la boulangerie. Arrive alors un nouvel élu, fameux deux-mille-huitard bombant le torse, que je salue aimablement, à qui je te tends la main comme il m’est coutumier de le faire … et qui entre en boutique sans même m’adresser un regard.

     « Je dois avoir les mains sales, dis-je suffisamment fort pour être entendu.

     – Non, tu me parles, et cela suffit ! Me répond mon interlocuteur, visiblement désolé. »

Nous nous mîmes alors à parler du séisme de mars 2008 et de la cruelle division du village qui en a découlé :

     « Tu sais, ai-je ajouté avec un sourire amer,mon Grand-père me parlait autrefois de l’ambiance qui régnait à Gueux, pendant l’occupation ! Chacun se méfiait de l’autre, de solides amitiés se sont défaites …

     – On s’y croirait, non ?

     – Il faut réveiller les consciences !

     – Tu parles … ils auront tout cassé avant … allez, bon dimanche ! »

 Je suis rentré la tête basse. A mon épouse qui me demandait pourquoi j’avais été un peu long, j’ai machinalement répondu que j’avais peur pour mon village, que j’étais inquiet pour son avenir …

Je me suis mis à penser à Grand-père, prisonnier rendu à sa famille pour d’éprouvantes raisons familiales. Il devait se satisfaire de discrètes relations avec ses camarades résistants, à une époque ô combien plus pénible que celle que nous subissons. Mais il avait confiance en l’avenir, lui le vieux de 14 qui en avait vu d’autres.  Il m’avait parlé un jour d’un petit détail, lueur d’espoir lors du Grand Prix automobile de juillet 1939 : l’armada Auto Union* devaient tout rafler, mais un français, René Le Bègue**, pilotant une Talbot partie en milieu de grille, s’est courageusement battu et a terminé 3ème de la course. La France privait ainsi la puissante marque allemande d’un triplé souhaité et attendu à des fins de propagande.

Alors mes doigts se sont mis à effleurer les touches de mon clavier et le N°1 est né : A ceux d’avant, pour ceux d’après … Un peu de respect ! J’ai appelé ce pamphlet Pas Touch’, j’aurais pu ajouter … s’il te plait … mais c’était déjà trop tard !

Club Théatre

Le CM au cabaret, en 1990

Et voilà déjà le petit cinquantième ! J’évoque habituellement en première partie un passé riant que les nouveaux habitants ne peuvent pas connaitre, simplement parce qu’on ne prend plus le temps de leur enseigner. Je l’ai déjà écrit, ce n’est pas en déchirant nos belles pages d’Histoire que se construira demain, mais bien en les feuilletant. Alors, si l’avenir de mon cher petit village pouvait se concevoir en parcourant quelques-unes de mes modestes feuilles de chou, dédiées avec respect à nos authentiques bâtisseurs, je serais le plus heureux des petits-fils …

Je  sais, je dois trouver la force et le temps de lutter autrement qu’avec mes mots ! Pas vous ?

Mais ça, c’est une autre histoire !

Claude Gremion

Assoc’ Villages Hier et Aujourd’hui

 *Marque née en 1932 de la fusion des constructeurs allemands Wanderer, Horch, DKW, et Audi

**René Le Begue, résistant avant l’heure, rejoindra les Forces Françaises Libres pendant le second conflit mondial.