Pas Touch’ N°73 – Sept. 2015 : Ce n’est plus la classe !

Ecole_filles_avant_14

Ecole des filles, avant 14

Lundi, 1er septembre 1997, 8h30, c’est la rentrée des classes … enfin, c’est la rentrée des enseignants, les élèves pouvant profiter une fois encore d’une journée d’animations proposée par le Comité des Fêtes et de tours de manèges à tarifs réduits. Le lundi est le dernier jour de la fête célébrant le Saint Patron du village, particulièrement pour les jeunes et les moins jeunes du village.

Cette rentrée-là avait permis à l’équipe municipale du moment de pousser un grand OUF de satisfaction et de mesurer l’efficacité d’un travail de communication et de concertation. En effet, une classe devait être fermée en septembre 1997. Claude Bien, maire, et son Conseil Municipal avaient su faire corps avec les enseignants et l’association des parents d’élèves pour s’élever contre cette décision administrative. Cela avait eu de l’effet, notamment avec l’appui d’Albert Vecten, alors Conseiller Général et Sénateur qui était efficacement intervenu auprès de l’Inspection d’Académie.

Dix-huit ans après la chanson n’est plus la même puisqu’une classe élémentaire est vraiment fermée à Gueux pour la rentrée 2015*.

En avril dernier parents et enseignants se sont fortement mobilisés pour protester contre sa suppression mais finalement, ont-ils vraiment été secondés ? Aucune action concertée n’a été débattue à ce sujet en Conseil Municipal d’avril … et comme il n’y a pas eu de réunion en mai !

Dans une période très agitée pour nos enfants où les nouveaux rythmes scolaires sont mis en avant, la leçon d’hier aurait pu être suivie aujourd’hui. C’est acté, une classe est fermée et les autres devront supporter un effectif supérieur à celui de l’an passé. Il reste à faire des prières pour espérer une réouverture l’an prochain, pour le confort de tous !

Notre village semble anesthésié, un peu à l’image de la Nation du reste. Est-ce donc si osé de faire cette comparaison ? Je n’en suis pas si sûr. Il suffit d’ouvrir les yeux et d’écarter très légèrement les oeillères de plomb qui sont posées à doses homéopathiques sur nos regard d’administrés.

Le maire et son équipe rapprochée de régaliens ont-ils vraiment une vision globale de la situation ou préfèrent-ils se mettre la tête sous le sable en attendant des jours meilleurs ? Effets d’annonce, promesses futiles, dépenses inutiles, négligences, manques d’efficience et d’informations claires notamment sur les finances démontrent une évidente difficulté, pour ne pas dire davantage, à gérer notre commune comme elle le mérite.

RienADireLe matelas sur lequel s’est allongée la très présomptueuse municipalité en 2008 était cependant très confortable, trop peut-être pour lui faire prendre conscience de la réalité économique du moment. C’est ainsi, et cela ne risque pas de changer de sitôt … sauf peut-être si nous en prenons enfin conscience et acceptons collectivement de sortir de cette léthargie dans laquelle le village est malicieusement plongé.

Comme le disait Auguste Detoeuf, essayiste français : Méfiez vous de l’homme qui parle pour ne rien dire. Ou il est stupide et vous perdez votre temps, ou il est très fort et vous perdez votre argent !

Mais ça, c’est une autre histoire !

Claude Gremion – Conseiller Municipal – Gueux

* La sympathique institutrice Aude D. a trouvé refuge à Muizon où elle est maintenant titulaire d’un poste en maternelle.

– édité le 7 septembre 2015