PasTouch’ N°49 – Sept. 2013 – La Fête, c’est plus ça !

Vendredi 27 août 1993 vers 18h30, les forains rassemblés dans la salle Pompidou* écoutent les dernières recommandations du président du Comité des Fêtes entouré de son équipe. Remi P, Maire du village, est attentif à ces échanges qui annoncent le bon déroulement de la fête patronale. Le verre de l’amitié est partagé, les dernières mises au point sont faites dans la convivialité.

Sur la place, podium, buvette, stands, installations électriques et décorations ont été installés par le groupe de bénévoles épaulé par les employés communaux. Tout est prêt pour trois jours d’animations attendues par les jeunes et moins jeunes de Gueux et ses villages voisins et amis.

CDF-FGx1993Les bateaux modèles réduits ouvrent le ban le samedi après-midi. Les manèges font déjà le plein sur la place. A la nuit tombante, le long et sympathique serpent lumineux de la retraite aux flambeaux guidée par l’Avenir Musical traverse le village. Il est sécurisé par les Gendarmes et encadré par les bienveillants Sapeurs Pompiers Volontaires. Puis vient l’heure du feu d’artifice tiré au dessus du lac, organisé par le Comité des Fêtes et financé par la municipalité. La vente préalable de l’épais programme-tombola où de nombreux sponsors ont généreusement apposé leur signature assure une bonne partie du financement des festivités. La longue nuit musicale s’achève avec l’orchestre Gérard Sandy.

Tôt le dimanche, les pêcheurs sont venus titiller les truites fraîchement plongées dans les eaux froides et claires de l’étang. Pendant ce temps, les bénévoles s’activent au nettoyage de la place et de ses abords.La grand-messe donne l’occasion d’honorer le Saint-Patron du village et de se recueillir. Puis un défilé s’élance, plus solennel et chargé de symboles, mené par la fanfare, les pompiers et le Maire entouré par tous ses conseillers et les personnalités du cru. Ils devancent de nombreux villageois, des responsables d’associations et d’entreprises locales et des commerçants. Gerbes et bouquets de fleurs sont déposés avec respect devant la stèle érigée à la mémoire des Résistants disparus en déportation après la rafle de décembre 1943, et au pied du monument de tous nos Morts pour la France. Cela ne s’oublie pas.

Le vin d’honneur est servi dans la petite salle des fêtes, après que Remi P, ait rappelé que la fête est un moment privilégié de la vie de Gueux, permettant à chacun de partager des instants de joie et de bonne humeur.Quelques animations sur la place égayent ce dimanche après-midi avant que les musiciens invitent les villageois à un bal apéritif. Chacun rentre chez soi, assuré de revenir faire la fête jusqu’au bout de la nuit.

La messe du lundi est célébrée pour les défunts. Après déjeuner, les enfants impatients de rivaliser en adresse et en vitesse s’adonnent aux jeux proposés par le Comité des Fêtes, sous les regards amusés des plus anciens assis sur des bancs disposés autour de la piste de danse.Les numéros de la tombola des programmes sont tirés au sort, le gros lot est un four-micro-ondes-grill. La soirée s’achève avec Michel aux manettes de la sono. Enfin les lumières s’éteignent, les clameurs s’estompent … rendez-vous à l’année prochaine ! C’était … hier, il y a tout juste 20 ans !

FêtePatronale93En 2013 la Fête a retrouvé son défilé du dimanche , bien discret … et oublié la messe du Patron.

Le temps était chagrin. Pas que le temps du reste ! Peut-être que l’an prochain …

Mais ça, c’est une autre histoire !

Claude Gremion

Assoc’ Villages Hier et Aujourd’hui

* antépénultième salle du C.M., dans le bâtiment central de l’ancienne mairie, sous la présidence de G.Pompidou (1969-1974)