Rando-clocher ou pèlerinage à Saint Lié

Gueux, le 20 avril 2017 :

Saint-Lié, que l’on annonce comme patron des bergers et des tisserands est né dans le Berry à la fin du 5ème siècle. Fils de paysan et gardien de troupeau il devient très jeune moine-hermite dans la région d’Orléans où on lui reconnait la guérison de nombreux malades. Il décède le 6 novembre 534. Je ne sais pas exactement pour quelles raisons des reliques de Saint-Lié se sont retrouvées à Villedommange vers le 10ème siècle. Toujours est-il que la chapelle qui se situe au sommet de ce village a fait depuis la fin du moyen âge l’objet de nombreux pèlerinages, particulièrement le Lundi de Pâques.
De très nombreux pèlerins venaient de Reims grâce à une section de ligne du CBR (Chemin de fer de la Banlieue Rémoise), qui était en service de 1903 à 1931.

Seule la tradition d’une messe le Lundi de Pâques reste bien ancrée à la chapelle Saint Lié, et même si les pèlerinages ont aujourd’hui disparu, ce sont pas loin de 50 fidèles qui s’y sont retrouvés ce lundi pour l’office matinal célébré par l’abbé Coqueret.

Saint-Lié rayonnait également sur Gueux, puisqu’on peut lire dans la description de l’église romane du village par l’abbé de l’époque, vers 1860 : au dessus de la porte d’entrée se trouve la statue de Saint Lié, placée dans une niche cintrée qui a 1m30 de haut sur une largeur de 50 cm. Le saint religieux est debout, vêtu d’une robe et d’un manteau, ayant à la main droite un livre ouvert, et de l’autre main tenant la houlette renversée. A ses pieds le petit chien qui aide à la garde du troupeau : à droite sont deux agneaux. Ces détails de sculpture sont mutilés …

Qu’est devenue cette statue après la démolition de l’église romane ? Cette description détaillée de l’abbé devrait peut-être permettre de l’identifier un jour, et de la ramener au village.

Je me suis donc imaginé qu’un groupe de pèlerins devait probablement partir de Gueux jadis, pour rejoindre la chapelle par le chemin de crête justement appelé chemin de Saint-Lié, au-dessus du Coulommes.  Comme l’an passé nous sommes donc partis de Gueux avec mon pote Ichtus et nous avons tranquillement parcouru les 7 kms de notre Rando-Clocher qui emprunte une partie du GR 142. L’an prochain d’autres pèlerins nous accompagneront peut-être, ou nous rejoindront à partir de Vrigny, de Coulommes. Ce serait bigrement sympa de cheminer ensemble, en remettant d’actualité un pèlerinage d’autrefois tout en commentant et en actualisant l’Evangile du jour.

Ce Lundi, l’Evangile parlait justement de ceux qui, après avoir tenu conseil, donnèrent de l’argent aux soldats qui gardaient le tombeau de Jésus pour qu’ils véhiculent des mensonges autour d’eux, ajoutant que si tout cela venait aux oreilles du gouverneur, il lui serait expliqué la chose, afin d’éviter tout ennui

De nos jours on ne se contente plus de raconter … on en fait des montagnes dans les médias pour éviter de parler de l’essentiel. On aimerait bien nous formater, dans tous les milieux… et souvent ça fonctionne ! 

C’est un peu comme pour la campagne des présidentielles en fait ! … Non ?

Au fond, Musset a probablement raison : La bouche accuse, le coeur absout … s’il en reste !

Panorama au dessus de Villedo’