Une promenade, à Gueux #1: 4,25 kil

 

 

Suite à la demande d’un nouvel habitant du village, voici une promenade commentée à faire en famille, avec des amis, et même en chaussures de ville.
Longueur 4,25 km, durée environ 1h30 sans se presser. Il est possible de prendre des raccourcis.

Bonne balade avec Villages, Hier et Aujourd’hui !


Départ : place des lacs, direction l’église.

Voir, ESSENCE écrit sur le mur d’angle, qui dirigeait les automobilistes vers le garagiste du village dans les années 50/60.

Passer devant l’église. Celle-ci a été reconstruite après la Grande Guerre, sur les ruines d’une église érigée dans la seconde moitié du XIXème grâce aux dons de la famille Roederer. Dans le même temps, les Roederer permirent la création du groupe mairie-écoles, lui aussi détruit lors des bombardements de 1918.

Le corps de la mairie a été rénovée en 2006. En face de l’ancienne école des filles se trouvait le bureau de poste avant la guerre. Cette maison a été reconstruite pratiquement à l’identique. En face de l’école des garçons se trouvait le fameux garage dont il est question au début de cette visite commentée. Il reste encore sur le mur les traces de la fixation de la pompe à essence.

Puis passer devant la Poste actuelle : ce bâtiment avait hier l’avantage de rassembler à la fois la Poste et le Trésor Public. Poursuivre dans la rue des écoles et s’engager à droite dans une petite ruelle. Celle-ci donne accès à l’arrière de l’ancien cimetière au coeur duquel était dressée une église romane, détruite un peu après l’inauguration de celle du lac (sa restitution au 1/10ème, en bouchons à champagne, se trouve dans une des petites chapelles de l’église actuelle).

Se laisser guider par cette ruelle et remonter la rue de la Poste. Prendre à gauche la rue du Moutier. Poursuivre sur 300 m amène au nouveau groupe scolaire avec en face une belle demeure, le Moutier. Revenir en arrière et prendre  la pittoresque ruelle d’Orme. Son vieux mur est un rescapé des bombardements de la Grande Guerre (Gueux avait alors été détruit à 91 %).

En haut, à 200 m en avant, se trouve le nouveau cimetière, mais il faut prendre à droite la rue d’Igny sur toute sa longueur, longeant à gauche des champs puis le sympathique Square Jacques, et à droite les pavillons du premier lotissement du village, datant des années 60.

Suivre la Rue Eugène Roederer le long de la Roseraie, jusqu’à la rue de la Petite Montagne. Celle-ci nous hisse à un carrefour où passait l’historique chemin de la Grande Barbarie, qui selon certains historiens reliait Troyes à Calais … (?). Puis redescendre par la rue des Dames de France, en passant en revue les propriétés qui ont été construites à la périphérie du Golf dans les années 1980. (Il est possible de couper ce triangle en prenant directement la bucolique rue des Lilas, et découvrir quelques surprises de la Guerre dans un de ses murs … )

Voici la place des fêtes. La contourner par le large chemin qui passe devant la Ferme du Château, et prendre à gauche vers l’entrée du Château des Dames de France. Au fond, à gauche, se trouve l’entrée du Golf de Gueux. On peut apercevoir, à travers la grille et au fond du parking, l’authentique allée des Dames de France où se seraient promenées jadis les Dames de la Cour qui accompagnaient le cortège royal en étape à Gueux.

Accompagner la rue du Château jusqu’à la rue  des Sablons, traverser, s’engager sur l’allée des Fleurs et ses jolis jardins. Au carrefour, à gauche, prendre la petite route de Muizon, puis à une centaine de mètres à droite  s’engager sur la voie piétonne qui borde le lotissement des Royats (2006). Vous ne pourrez plus faire de pause sur les bancs qui viennent d’être été enlevés, en imaginant un instant des patineurs sur ce qui aurait dû être la patinoire naturelle.

A la sortie, suivre la rue des Terres Vivantes, sur toute sa longueur, puis à droite la rue de la Belle Image, appelée ainsi, comme le chemin du même nom, en raison du spectacle qu’il offre à perte de vue … vers Reims !

Traverser le rond point,  voici le lotissement des Auges réalisé  à l’aube des années 80. Continuer la rue de la Belle Image, puis prendre à droite, rue de la Tuilerie jusqu’à la rue du Noyer du Breuil qu’il faut remonter jusqu’à la rue du Circuit . Redescendre par la gauche. Il vous faut maintenant trouver, sur le mur de droite après le cabinet médical, la petite tête qui s’y cache … vue ? Non ! Revenir au début du mur et compter 13 pas, lever la tête à environ 2m50 … ça y est ?

En bas, prendre à droite la rue de la Hovette, traverser l’avenue de Reims et prendre la sente du Chauffour. Au bout, prendre la sente en face qui vous ramènera au lac par la droite.  A la place de ces sentiers se trouvait jadis le ruisseau trop-plein du lac. Longer le lac, traverser le petit pont. Vous êtes arrivés .

Villages, Hier & Aujourd’hui vous remercie pour la visite !

– Edité le 7 octobre 2013